Dimanche 8 mai - Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 17, 20-26)

agrandir "Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi."
"Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi." © Olivier Balez
"Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi."
"Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi." © Olivier Balez

Pour vous aider à vous préparer à dimanche, lisez le commentaire de l'évangile proposé par Frère Benoît Vandeputte.

À propos de l'article

  • Créé le 04/05/2016
  • Publié par :Frère Benoît Vandeputte
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6062 du 5 mai 2016

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT JEAN (Jn 17, 20-26)
En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :

« Père saint, je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi.

Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.

Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. »

Des guetteurs

Jésus ressuscité nous transforme en guetteurs, chercheurs d’"Étoiles au grand large" selon les mots de Guy de Larigaudie, une grande figure du scoutisme du XXe siècle.

Aujourd’hui, entre l’Ascension et la Pentecôte, dans les textes, tout le monde lève les yeux au ciel !

D’abord Étienne, le premier martyr. Au moment de mourir, il fixe son regard et ses yeux « sur le ciel ouvert », contemplant son Seigneur.

Jean, le disciple de l’Apocalypse, lève lui aussi les yeux au ciel. Il comprend qu’il n’y a pas de hasard pour celui que la foi affermit. Même Jésus en fait autant, lui l’"Étoile du matin" révèle que celui qui lève les yeux vers lui avance avec assurance, il connaît le commencement et la fin de la route de la foi et de la vie. Il se fait le grand intercesseur, celui qui, pour nous, comme un avocat, prie, intercède, plaide, guérit, console, protège du mauvais, du mal et de la mort.

Juste avant Pâques, je découvrais le livre de Marie-Jo Thiel sur la fin de vie. Son titre est frappant : Faites que je meure vivant ! Comme Jésus, Jean ou Étienne, il faut tant de confiance et d’amour pour voir, dans toute vie qui s’en va, le signe de la vie qui triomphe au-delà.


S’il est une spiritualité scoute, c’est bien celle-ci : garder les yeux levés au ciel et avoir les pieds ancrés au sol.

Là résident notre vie, notre foi et notre espérance.

Frère Benoît Vandeputte est un prêtre dominicain, ancien journaliste au Jour du Seigneur, il est aujourd’hui aumônier général des Scouts et Guides de France.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 4 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières