Une marche sur la Via Arverna, chemin de traverse vers Compostelle

agrandir Sur le plateau de Pardines (Puy-de-Dôme)
Sur le plateau de Pardines (Puy-de-Dôme) © J.-F. Carrias
Sur le plateau de Pardines (Puy-de-Dôme)
Sur le plateau de Pardines (Puy-de-Dôme) © J.-F. Carrias

Connaissez-vous la Via Arverna (ou voie d’Auvergne), l’un des chemins de traverse qui mène à Saint-Jacques-de-Compostelle ? Avec son association Colportage, Bernard Quinsat, l’âme de cette voie singulière, organise du 29 septembre au 7 octobre une marche de Molompize (Cantal) à Conques (Aveyron), où l’on peut encore s’inscrire.

À propos de l'article

  • Créé le 06/09/2016
  • Publié par :Gaële de la Brosse
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6 septembre 2016

Photo06ViaArverna

Bernard Quinsat, l’âme de la Via Arverna. – © Ultima Compostella

Bernard Quinsat, 68 ans, est une figure emblématique de la marche en Auvergne. « Il est la quintessence de l’Auvergnat, dit de lui l’historien Humbert Jacomet, l’homo viator (« homme voyageur », NDLR) du Massif Central. Son verbe imaginatif et puissant n’a d’égal que ses jarrets inusables ! » Précisons qu’à son palmarès, il cumule également de nombreuses distinctions : chevalier du Mérite national, chevalier du Mérite agricole, médaille d’argent de la Jeunesse et des Sports et médaille de bronze du Tourisme.

Confondateur de Chamina en 1974 avec Henri Gascuel, cet homme de caractère a initié de nombreux événements sur le thème de l’itinérance. Il anime aujourd’hui Colportage, une association sur les « Arts du chemin », ainsi qu’un blog, « Voyage à pieds à revers de mondes ». « La marche, aime-t-il à dire, n’est pas un loisir ; c’est un travail, un exercice spirituel. A l’image de la Vierge parturiente de Brioude (Haute-Loire), le marcheur effectue une œuvre de transformation, jusqu’à accoucher de lui-même. »

La résurrection de la Via Arverna

On s’en doute : dans la bouche de cet amoureux des mots et des images, ce clin d’œil à la Vierge enceinte qui se trouve dans la basilique brivadoise n’est pas innocent.

Photo05ViaArverna

Le temps se joue des balisages, mais le chemin est toujours là ! – © J.-F. Carrias

C’est là en effet que se trouve son cœur, sur cette Via Arverna qui relie Clermont-Ferrand à Cahors, pour rejoindre ensuite Saint-Jacques-de-Compostelle. « Outre les basiliques Saint-Julien de Brioude et Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand, ajoute-t-il, les hauts lieux de cette voie jacquaire sont Saint-Saturnin, Randol, Issoire, Murat, Aurillac et Rocamadour. »

CarteViaArverna

Itinéraire de la Via Arverna – © Chamina

Ce chemin de 500 km, qui porte mémoire et traces des nombreux pèlerins partis vers la lointaine Galice à travers l’Auvergne et le Quercy pour confluer, à Cahors, avec la voie du Puy-en-Velay, a été ressuscité en 2005 par Chamina sous la houlette de deux jacquets éminents, Humbert Jacomet (1) et Christophe Odoult. Elle est aujourd’hui en plein essor.

Un topoguide en préparation

Avec son association Colportage, Bernard Quinsat envisage de rééditer le topoguide qui décrit son itinéraire – « en ajoutant, précise-t-il, des réflexions sur le sens et l’âme de ce chemin qui déroule un fil spirituel ininterrompu et qui, à la longue, est assuré de transformer l’être marchant en pèlerin ».

Dessin01

© Bernard Deubelbeiss

« La Via Arverna, dit-il encore, doit être cet itinéraire refuge sur lequel le chemineau livré au grand ordinaire du geste répété retrouve les valeurs de la marche au long cours : la simplicité, le dépouillement, le silence, l’immersion dans le “très beau” et le “plein de sens”, la rencontre avec de vrais gens et avec le monde… »

Ultima Compostella 2016

Photo04ViaArverna

Groupe de pèlerins, durant la marche Ultima Compostella de 2015, devant la tonne de Chazelles (Puy-de-Dôme). Au centre (sac en bandoulière), Bernard Quinsat. – © Ultima Compostella

Depuis sept ans, Bernard Quinsat organise une marche annuelle appelée « Ultima Compostella », conjuguant un tronçon du chemin principal et un tronçon d’une variante. Cette année, du 29 septembre au 7 octobre, une vingtaine de marcheurs relieront ainsi Molompize (Cantal) à Conques (Aveyron). « Molompize dépendait de l’abbaye rouergate, explique Bernard Quinsat, et de nombreuses processions se sont déroulées entre ces deux sanctuaires. Mais nous emprunterons ce chemin chaussés, et non pieds nus comme le fit vers 1060 Robert d’Aurouze qui, il est vrai, avait bien des choses à se faire pardonner ! »

Cette itinérance se déroulera en trois séquences de 3 à 5 jours, qui peuvent être enchaînées ou pratiquées indépendamment l’une de l’autre. « Une grande liberté sera laissée à chaque participant, et tous les projets personnels seront les bienvenus », conclut Bernard Quinsat qui prépare déjà les textes de ses auteurs favoris pour les partager en chemin : François Cheng, Julien Gracq, Jacques Lacarrière, Jean Giono et bien d’autres. Car pour lui, la marche est indissociable de l’écriture. Et cet homo viator auvergnat porte très haut l’exigence de ces deux moyens d’expression, qui sont pour lui deux façons de revigorer l’esprit, le corps et l’âme !


Rens. :

Colportage – 49 rue du Port – 63000 Clermont-Ferrand

Site internet ici ou blog

Tél. : 07 68 56 18 74

E-mail : contact@via-arverna.org / ultimacompostella@yahoo.fr

Facebook : Via Arverna

(1) Qui vient d’être élu à la présidence de la Société française des Amis de saint Jacques.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières