Pèlerins francophones, vous êtes attendus à Saint-Jacques-de-Compostelle !

agrandir Le père Luc Ledroit, trois accueillants et une pèlerine devant le kakémono placé devant la salle d'accueil. Ce kakémono porte le nom de Jeannine Warcollier, secrétaire générale de la Société Française des Amis de Saint Jacques de Compostelle de 1958 à sa mort, en 2016.
Le père Luc Ledroit, trois accueillants et une pèlerine devant le kakémono placé devant la salle d'accueil. © Francois Hallonet
Le père Luc Ledroit, trois accueillants et une pèlerine devant le kakémono placé devant la salle d'accueil. Ce kakémono porte le nom de Jeannine Warcollier, secrétaire générale de la Société Française des Amis de Saint Jacques de Compostelle de 1958 à sa mort, en 2016.
Le père Luc Ledroit, trois accueillants et une pèlerine devant le kakémono placé devant la salle d'accueil. © Francois Hallonet

Depuis 2015, un accueil spécifique est réservé aux pèlerins francophones à leur arrivée à Saint-Jacques-de-Compostelle. Cette année, il sera ouvert du 15 mai au 31 octobre. Une magnifique initiative !

À propos de l'article

  • Créé le 07/05/2018
  • Publié par :Gaële de La Brosse
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    7 mai 2018

« À Saint-Jacques-de-Compostelle, il existait depuis plus de dix ans un accueil pour les pèlerins parlant l’allemand, l’anglais et l’italien. Et rien pour les francophones !, explique Brigitte Alésinas, membre actif de l’association Webcompostella. Les évêques de France, avec le soutien de l’archevêque de Compostelle, ont donc décidé de combler ce vide. »

La mise en place de cet accueil francophone a été confiée à Webcompostella, association qui propose, via son site Internet, un accompagnement spirituel aux pèlerins de Saint-Jacques. Ouvert à tous les jacquets, quelle que soit leur motivation de départ sur le chemin, l’accueil a reçu, depuis son ouverture, plus de 10 000 pèlerins. « Après avoir déposé leur sac à dos au gîte, ils viennent déposer leur sac à cœur chez nous », commente Brigitte Alésinas.

12FrereJeanRegisHarmelSAM4025

Devant l'Hospederia, à Saint-Jacques-de-Compostelle, Brigitte Alésinas présente la pancarte de l'accueil afin que pèlerins et touristes puissent rencontrer les accueillants et obtenir des informations. © Frère Jean-Régis Harmel

Durant cinq mois, les équipes de bénévoles, constituées de trois laïcs et d’un prêtre, se relaient tous les 15 jours. Des communautés priantes religieuses des différents pays francophones se relaient aussi à la même cadence afin de prier pour les intentions des pèlerins qui leur sont envoyées chaque jour.

Un accueil en trois temps

Dans la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, derrière le maître-autel, un lieu est cher au cœur des Français : la chapelle San-Salvador, dite « des Rois de France ». Le matin, à 9 heures, une messe en français y est célébrée, suivie, pour ceux qui le souhaitent du sacrement de réconciliation. C’est le premier temps fort proposé par l’équipe d’accueillants.

Les pèlerins sont ensuite attendus à 15 heures au 1er étage du Centre d’accueil des pèlerins. Une adresse qu’ils connaissent bien, car c’est au rez-de-chaussée de cette maison qu’est délivrée la compostela, certificat de pèlerinage.

Là, un temps de relecture du chemin leur est proposé. « Thé, petits gâteaux, une collation souriante et bienvenue, témoigne Marie. On ne nous sollicite pas, nous sommes libres de parler de notre chemin, des difficultés que nous avons pu rencontrer, de toutes les bonnes choses que nous avons croisées… Cette présence humaine est très importante afin d’éviter le “vide” d’une fin, et elle nous met au contraire sur la route pour continuer notre vie après le chemin. »

06FrancoisHallonetIMG_4247

A 18 h 30, début de la visite spirituelle de l'extérieur de la cathédrale. Les pèlerins sont assis sur les marches en face du portail nord de la cathédrale. © Francois Hallonet

Enfin, à 18 h 30, une visite spirituelle de l’extérieur de la cathédrale est proposée. « Cette visite m’a permis de découvrir les éléments essentiels des façades de cet édifice à travers une narration claire et passionnée de la vie de saint Jacques, de la tradition compostellane, des symboles jacquaires », explique Joëlle.

Des pistes pour l’après-chemin

Enthousiasmés par leur passage à l’accueil francophone, nombreux sont ceux qui expriment un regret : celui de ne pas avoir prévu assez de temps dans cette cité galicienne qu’ils découvrent ainsi sous un nouveau jour.

Heureusement, les accueillants leur donnent des pistes pour poursuivre la route. « Nous avons, dans nos bureaux, deux panneaux, précise Brigitte Alésinas. L’un représente la communauté priante de la quinzaine, et l’autre une association jacquaire. Lorsque les pèlerins repartent, nous leur remettons donc la liste des associations dédiées au pèlerinage de Saint-Jacques, ainsi que les coordonnées des communautés religieuses qui peuvent les aider à prolonger leur “relecture” du Chemin. »

Sur le livre d’or, les témoignages sont unanimes. "Écoute", "générosité", "partage fraternel", "amitié", "disponibilité" sont les mots qui reviennent le plus souvent. Dans une époque où tout se monnaye, cette mission de service apparaît comme un îlot touché par la grâce. Car la grâce du Chemin est bien là, assurément : elle féconde un chemin qui se termine mais aussi un autre qui s’ouvre, en redonnant tout son sens au pèlerinage de la vie.

Pour se rendre au Centre d’accueil des pèlerins francophones :

33 rua das Carretas (1er étage)

 

Pour avoir plus d’informations sur cet accueil et recevoir la newsletter du site de Webcompostella, rendez-vous sur webcompostella.com

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 2 août 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières