Quimper (Finistère)

agrandir Cathédrale Saint-Corentin.
Cathédrale Saint-Corentin. © D.R
Cathédrale Saint-Corentin.
Cathédrale Saint-Corentin. © D.R

« Quimper » signifie « confluent » : la ville se situe en effet à la confluence de l’Odet avec le Steir, le Frout et le Jet.

Jusqu’à la Révolution française, le nom du premier évêque de Quimper, Corentin, y était adjoint : la cité se nommait « Quimper-Corentin ».

Cette halte est à nouveau invitation à la découverte du patrimoine. En flânant dans la vieille ville, le pèlerin se laissera emporter vers cette époque qui fut l’âge d’or des pèlerinages.

Le point d’orgue de sa déambulation sera bien sûr la splendide cathédrale Saint-Corentin, qui est l’une des trois cathédrales gothiques les plus anciennes de Bretagne, avec Saint-Pol-de-Léon et Tréguier. Corentin y est cette fois très présent, les Cornouaillais ayant souhaité l’honorer.

On remarquera donc particulièrement :

→ sur la façade, entre les deux flèches : statue équestre du roi Gradlon sculptée par Amédée Ménard (1858).

→ sur les fenêtres hautes de la nef, côté nord : vitrail de Jean Sohier (dit Jamin) où saint Corentin est représenté avec le chanoine Laurent de Groeskaër (XVe s.).

→ dans le bras nord du transept : vitrail d’Emile Hirsch où saint Corentin côtoie saint Paul Aurélien ainsi que d’autres saints bretons (XIXe s.).

→ dans le bas-côté nord du chœur (chapelle Saint-Pierre) : vitrail peint par Lobin de Tours où l’on voit Mgr Graveran, présenté par saint Joseph, offrir la maquette des flèches de la cathédrale à Notre-Dame et à saint Corentin (1856).

→ dans le bas-côté nord du chœur (chapelle Saint-Corentin) : vitrail évoquant la vie de saint Corentin, où l’on voit notamment le roi Gradlon s’agenouillant devant l’ascète (1869) ; peinture murale de Yan’ Dargent représentant saint Corentin en conversation extatique avec saint Primel (1872) ; reliquaire rappelant sa mémoire, dont les reliques ont été volées.

→ dans le déambulatoire nord (chapelle Notre-Dame-du-Rosaire) : vitrail représentant la mort de saint Corentin, assisté par Notre-Dame, saint Guénolé et le roi Gradlon (1869).

→ dans l’abside (chapelle Notre-Dame-de-la-Victoire) : vitrail de Claudius-Lavergne représentant la donation de la cathédrale à Notre-Dame par Gradlon assisté des saints Corentin et Guénolé (1891) ; vitrail d’Émile Hirsch qui représente Mgr Conen de Saint-Luc conduit par saint Corentin remettant au pape Pie VI une protestation contre la Constitution civile du clergé décrétée sous la Révolution (1870).

→ dans le bras sud du transept : vitraux représentant des seigneurs et dames de Cornouaille à genoux, avec à leurs côtés des saints parmi lesquels Corentin (XVIe s.).

→ dans le bas-côté sud de la nef : sur le soubassement du gisant de Mgr Duparc, représentation des Sept Saints entre sainte Anne et saint Yves avec, au centre, saint Corentin.

→ sur la chaire : médaillons sculptés par Olivier Daniel représentant la vie de saint Corentin (1679).

→ à la sacristie : reliquaire renfermant des reliques de saint Corentin.


Mairie : www.mairie-quimper.fr

Office de tourisme :www.quimper-tourisme.com

Diocèse : http://catholique-quimper.cef.fr

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 2 août 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières