Dinan (Côtes d’Armor)

agrandir Dinan (Côtes d’Armor)
Dinan (Côtes d’Armor) © D.R
Dinan (Côtes d’Armor)
Dinan (Côtes d’Armor) © D.R

Dinan, ceinturée de remparts, laissera une forte empreinte dans le souvenir du pèlerin.

Parce que la ville est située sur une colline surplombant la Rance, le pèlerin doit donc grimper… Il découvre, ensuite, un site occupé dès l’Antiquité, a une longue histoire à raconter.

Des maisons à colombages se laissent admirer sur la place des Cordeliers, et dans les rues de l’Horloge ou du Jerzual. A flâner dans ces rues, ainsi que dans les rues pavées du centre ville, on est transporté dans une autre époque.

Deux églises attendent la visite du pèlerin. L’église Saint-Malo (XVe – XIXe s.), qui honore l’un des Sept saints du Tro Breiz, conjugue les styles gothique et renaissance. L’un des vitraux représente la translation des reliques de saint Malo. On remarquera également l’un des deux bénitiers, porté par un démon très expressif ainsi que, à l’entrée, les fresques représentant un pardon breton, de Jean-Julien Lemordant.

Quant à la basilique Saint-Sauveur (à partir du XIIe s.), qui est restée inachevée, elle allie les styles roman, gothique, classique et baroque, mais on y perçoit aussi des influences byzantines et perses. Sa façade est ornée de trois porches où trônent, à côté des statues du taureau et du lion (qui symbolisent Luc et Marc), des sirènes, des serpents et des monstres. A l’intérieur, 17 autels entourent la nef centrale.

Dans le croisillon gauche se trouve le cénotaphe du cœur de Du Guesclin. Avant de quitter ce remarquable édifice, on pourra se recueillir dans la chapelle Saint-Roch, et confier le reste du chemin au célèbre pèlerin qui se sanctifia sur le chemin de Rome.

Mairie : http://mairie-dinan.com
Office de tourisme : www.dinan-tourisme.com

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 2 août 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières