Notre-Dame-de-la-Salette, terre de miracles

agrandir Le sanctuaire de Notre-Dame-de-la-Salette
Le sanctuaire de Notre-Dame-de-la-Salette © Sylvain Doyen
Le sanctuaire de Notre-Dame-de-la-Salette
Le sanctuaire de Notre-Dame-de-la-Salette © Sylvain Doyen

Chaque année, quelque 200 000 pèlerins, dont la moitié vient de l'étranger, se rendent au sanctuaire de Notre-Dame-de-la-Salette niché dans les montagnes de l’Isère.

« Mais où vont tous ces gens ? - à La Salette, mon bon Monsieur ! - Croit-on au miracle de La Salette dans cette contrée ? - Si on y croit ? Comment ne pas y croire après les guérisons en tout genre que nous avons vues de nos yeux ! »

Ainsi s'entretenaient Gaspard Nicolas, arrivant de Marseille, et le cocher de la diligence qui le conduisait au sanctuaire, en 1860. Ému par les chants des pèlerins, le voyageur, venu pour demander la rémission d'un cancer, acheva la montée à pied.

À son retour chez lui, la guérison survint rapidement. En action de grâces, le miraculé fit édifier en périphérie de Marseille une église consacrée à Notre-Dame-de-la-Salette.

Carte. La localisation de Notre-Dame-de-la-Salette.

 
Agrandir le plan

Comme ce pèlerin, des milliers de personnes gravissent, chaque année, cette montagne. Le départ se fait à Corps, village situé entre Gap et Grenoble, sur la route Napoléon, où vivaient les voyants Maximin Giraud et Mélanie Calvat.

Vidéo. Reportage sur le sanctuaire de Notre-Dame-de-la-Salette. Source : KTO. Durée : 52 minutes.

 

Dans l'église se trouvent deux statues de Notre-Dame-de-la-Salette, dont une Vierge en pleurs qui rappelle l'apparition de 1846. On peut effectuer l'ascension par la route, à vélo : 14,4 km de côtes avec un dénivelé de 820 m.

Pour les marcheurs, un itinéraire a été balisé : on l'appelle « le chemin des Pères » car il était utilisé par les missionnaires de Notre-Dame-de-la-Salette à partir de la Maison Saint-Joseph.

« Au départ, le relief est plat, puis arrivent trois heures de montée continue à travers la forêt et dans les alpages. Après une pause à mi-chemin, à l'église Saint-Julien, on suit le chemin de croix où les haltes sont sculptées dans des rochers », raconte Jacques Arrault, pèlerin de Saint-Jacques qui, avec un groupe, a souhaité expérimenter d'autres sentiers de la région.

Au terme de cette ascension, le visiteur découvre un paysage somptueux, à 1 800 m d'altitude.

« Nous accueillons chaque année plus de 200 000 pèlerins, dont la moitié vient de l'étranger, témoigne le P. Bernard Gaidioz, adjoint au recteur du sanctuaire. Ils aiment se recueillir dans le vallon de l'Apparition et dans la basilique en contemplant les fresques de l'artiste Arcabas. Nous leur proposons aussi des randonnées spirituelles. »

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 10 janvier 2019

Notre Librairie

Voyages et croisières