Le chemin de Saint-Jacques raconté aux enfants

agrandir Le père Olivier Manaud vient de publier une BD pour enfants sur les chemins de Saint-jacques de Compostelle.
Le père Olivier Manaud vient de publier une BD pour enfants sur les chemins de Saint-jacques de Compostelle. © DR
Le père Olivier Manaud vient de publier une BD pour enfants sur les chemins de Saint-jacques de Compostelle.
Le père Olivier Manaud vient de publier une BD pour enfants sur les chemins de Saint-jacques de Compostelle. © DR

Le père Olivier Manaud vient de publier une BD pour enfants (à partir de 8 ans), dont l’histoire se situe sur les chemins de Saint-Jacques. Il a accepté de répondre à nos questions.

À propos de l'article

  • Créé le 13/04/2016
  • Publié par :Gaële de La Brosse
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    13 avril 2016

Pèlerin : Avant d’évoquer la bande dessinée que vous venez de publier, pouvez-vous nous résumer votre parcours ?
Olivier Manaud : Je suis devenu prêtre en 1999 après avoir fait plusieurs années de scoutisme qui ont beaucoup marqué mon adolescence. Dans ce cadre-là, avec mes amis, nous avions parcouru certains tronçons du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Je m’étais alors promis qu’un jour, je le ferais en entier.

Pendant mes années de séminaire, l’opportunité s’est présentée : je suis parti du Puy-en-Velay le 18 septembre 1993 et suis arrivé à la cathédrale de Santiago le 11 novembre. Ce pèlerinage m’a beaucoup marqué.

PortraitOlivierManaud02

Après mon ordination, j’ai poursuivi des études tout en étant en paroisse, en pastorale des jeunes. Ma spécialité universitaire s’est progressivement forgée : j’ai approfondi le lien entre la musique et l’architecture dans la liturgie.

Aujourd’hui, j’enseigne la théologie de la musique à l’Institut catholique de Paris et suis chercheur CNRS.

PortraitOlivierManaud03

Avez-vous effectué d’autres pèlerinages ?

O. M. : J’ai sillonné le désert du Maroc pendant une quinzaine d’années, sur les pas de Charles de Foucauld. J’y suis allé seul ou avec des groupes de jeunes, pour leur faire découvrir le trésor que constitue la démarche de pèlerinage.

Pouvez-vous nous résumer l’histoire de la BD Le secret du pèlerin ?

O. M. : C’est une aventure vécue par deux enfants qui habitent en Bretagne, non loin de Quimperlé (Finistère). Un jour, ils visitent l’église de Rédéné et y découvrent un message codé laissé par un pèlerin. Ce message les invite  à se rendre dans une autre église.

Ainsi, d’étape en étape, ils se trouvent eux-mêmes embarqués sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle à la recherche d’un mystérieux trésor. Des indices, laissés dans des messages, leur permettent de découvrir des éléments architecturaux et liturgiques présents dans nos églises.

Cette enquête s’inspire-t-elle de votre propre quête ?

O. M. : Non, pas tout à fait. Mais elle s’inspire de questions d’enfants que j’ai entendues dans le cadre de la catéchèse. Je me suis rendu compte que peu d’entre eux savaient décoder l’architecture de lieux sacrés. L’enjeu était donc pour moi, dans le cadre de cette BD, de faire de ces visites une vraie démarche de catéchèse.

Les lieux décrits sont-ils liés à votre cheminement ?

O. M. : Sans doute un peu. La petite église d’Eunate, en Espagne, m’a beaucoup marquée – tellement d’ailleurs qu’avec ma collègue de recherche CNRS, Cécile Barrandon, nous avons rédigé un roman didactique qui tourne autour de ce lieu extraordinaire. Ce livre devrait paraître prochainement.

DetailCouvLivre

Un ange gardien guide les enfants pendant tout le parcours. Quelle part notre ange gardien a-t-il dans notre chemin quotidien ?

O. M. : Dans cette histoire, en effet, Jean-Gabriel est un petit ange qui veille sur les deux héros. La tradition chrétienne accorde une grande importance aux anges puisqu’à chaque messe, nous les invoquons et nous nous associons à leur louange. Ils sont présents dans nos prières et nous accompagnent dans le pèlerinage de la vie.

Cette histoire fait la part belle à la symbolique de l’architecture sacrée. Pourquoi la visite des églises est-elle essentielle pour celui qui effectue un pèlerinage ?

O. M. : Les églises sont les icônes de l’Eglise. Si nous décodons la signification et la symbolique de l’architecture du bâtiment, nous pouvons mieux comprendre le mystère de cette Eglise et son architecture sacramentelle. Lorsqu’on fait un pèlerinage, nous ne sommes jamais vraiment seuls. Non seulement il peut nous arriver de croiser d’autres pèlerins, mais nous découvrons que notre chemin est jalonné de signes et de traces laissés par nos prédécesseurs des siècles passés.

Chaque église ou chapelle du chemin de Saint-Jacques porte la trace des trésors spirituels découverts et inscrits dans la pierre. Chaque sanctuaire est en fait un condensé du pèlerinage que nous faisons ! À chaque étape, cette BD met un coup de projecteur sur tel ou tel aspect, mais tous les détails évoqués sont parfois présents dans la même église. Poussez donc la porte de celle qui est près de chez vous avec cette BD en main : peut-être ferez-vous alors le grand pèlerinage de votre vie !

Les dessins de cette BD sont joyeux et colorés. Comment avez-vous travaillé avec l’illustrateur ?

O. M. : Je ne connaissais pas Gaëtan Evrard, l’illustrateur, avant l’écriture de cette BD. Nous avons dialogué par Internet, d’étape en étape. Je n’avais guère l’habitude d’écrire le scénario d’une BD : c’était pour moi une grande première. Mais il a été très compréhensif. Je lui ai aussi envoyé des photos des lieux concernés, afin que les dessins soient très ressemblants : si vous allez sur place, vous reconnaîtrez chacune des églises visitées par Clémence et Valentin.

La musique et le chant sont deux des composantes de l’histoire. Sont-ils des éléments importants pour le pèlerinage de notre vie ?

O. M. : Pour ma part, je considère que l’architecture des églises, la musique liturgique et l’expérience de l’assemblée sont les trois sacramentaux de l’initiation chrétienne. C'est-à-dire que nous ne pouvons pas grandir dans la foi chrétienne si nous ne sommes pas en contact avec chacune de ces trois composantes de la liturgie.

La musique et le chant sont en dialogue avec l’architecture : les églises sont de véritables instruments de musique. Les Pères de l’Eglise ont d’ailleurs souvent rappelé que l’Eglise est née en chantant. Si nous chantons dans les églises les mélodies qui conviennent, nous en recevons de véritables bénédictions, c'est-à-dire comme un supplément d’âme.

Avez-vous d’autres projets sur ce thème ?

O. M. : Le deuxième tome des aventures de Clémence et Valentin, qui est déjà écrit, paraîtra dans un an environ. Par ailleurs, j’ai mentionné un roman didactique qui s’appellera Shamrock ou les trois portes de la musique sacrée. A suivre donc !

A lire :

CouvLivre

Le secret du pèlerin (série « Les aventures de Clémence et Valentin »), texte d’Olivier Manaud, dessins de Gaëtan Evrard, Pierre Téqui éditeur, 32 p., 10 euros

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 6 décembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières