Santiago de Compostela (Galice)

agrandir Arrivée des pèlerins de Compostelle devant la cathédrale de Santiago de Compostela.
Arrivée des pèlerins de Compostelle devant la cathédrale de Santiago de Compostela. © Yvon Boëlle
Arrivée des pèlerins de Compostelle devant la cathédrale de Santiago de Compostela.
Arrivée des pèlerins de Compostelle devant la cathédrale de Santiago de Compostela. © Yvon Boëlle

A l’'approche de Santiago, le sentiment étrange qui étreignait le pèlerin sur le Monte del Gozo se dissipe progressivement pour laisser place à une joie sans mélange. L’'heure est à présent venue de découvrir cette cité que le Guide du pèlerin nommait « la plus heureuse et la plus noble de toutes les villes d’Espagne ».

À propos de l'article

  • Publié par :Gaële de la Brosse
  • Édité par :Gaële de la Brosse

En descendant du Monte del Gozo, le jacquet passe devant la Puerta del Peregrino, où figurent des pèlerins célèbres, puis devant la chapelle San Lázaro. Il aborde la ville par la Rúa dos Concheiros, au nom évocateur : c'’est là que les commerçants vendaient autrefois les fameuses coquilles, ou conchas. Après avoir franchi la Porta do Camiño, le pèlerin descend la Rúa da Azabachería, où les artisans travaillaient le jais ou azabache, un bois fossilisé noir que l’'on comparait à l’'âme du pèlerin avant sa purification finale. Et c’'est l’'arrivée sur la Plaza del Obradoiro, où la cathédrale lui apparaît, dans toute sa splendeur.

Le pèlerin pénètre dans les lieux saints par le Pórtico de la Gloria (portique de la Gloire), où saint Jacques le bénit au passage.

C'’est ici que commence son parcours d'’action de grâce. Sur la colonne centrale de ce portique, qui représente l’'Arbre de Jessé, sa main vient creuser l’'empreinte laissée dans la pierre par des millions de pèlerins. Il pose ensuite trois fois son front sur celui du santo de los croques (le « saint des coups de tête »), qui représenterait le célèbre maître Mateo, à qui l’on doit ce magnifique portail.

Puis il entre dans la basilique, où l’'imposante statue de saint Jacques surplombe le maître-autel. Suivant la file des pèlerins, il monte derrière l’'autel pour faire un abrazo (une accolade) à l’'Apôtre. L'’écriteau que le saint tient à la main l’invite à vénérer son sépulcre, dans la crypte.

Le parcours du pèlerin s’'achève ici, devant l’'urne en argent qui renfermerait les reliques de saint Jacques et de ses disciples Athanase et Théodore.

- La cathédrale nécessiterait à elle seule un jour de visite. A l’'intérieur, une halte s’impose à la chapelle de la France, qui s’'est enrichie en 2004 d’'un vitrail offert par la Société Française des Amis de Saint-Jacques. L'’entrée au musée se fait par la Plaza del Obradoiro ; il contient notamment la bibliothèque qui renferme le précieux Codex Calixtinus. On peut enfin monter sur les toits de la cathédrale : on y voit encore la Cruz dos Farrapos (croix des Guenilles) où les pèlerins brûlaient autrefois leurs vêtements.

- Sur la Plaza del Obradoiro, tout est splendide, notamment : le Palacio de Gelmírez (palais de Gelmírez), résidence du premier évêque de Santiago qui fit édifier la cathédrale ; l’'Hostal de los Reyes Católicos (hôtel des Rois catholiques), ancien hôpital pour pèlerins ; le Palacio de Raxoi, qui abrite l’'hôtel de Ville et le siège de la Xunta ; et le Colegio de San Jerónimo, rectorat de l’université de Santiago.

- Le Museo das Peregrinacións (San Miguel, 4) retrace l’histoire du Chemin de Saint-Jacques à travers documents, peintures, sculptures, orfèvrerie et art religieux.

- Dans l'’église San Martín Pinario, une exposition permanente (« Galicia Dixital ») permet, entre autres, d’'effectuer une visite virtuelle en 3D de la ville et de la cathédrale. On peut même y actionner le botafumeiro !

- Il faut enfin se perdre dans le labyrinthe des ruelles étroites, suivre le flot des habitants qui invitent le passant à découvrir leur vie quotidienne, et se laisser gagner, au son des guitares et des gaitas, par la magie de la ville…


- Oficina del Peregrino – Rúa do Vilar, 1 (1er étage). Tél. : 981 568 846. Site : http://www.archicompostela.org

- Oficina de turismo / Concello de Santiago – Rúa do Vilar, 63. Tél. : 981 555 129. Site : http://www.santiagoturismo.com

- Oficina de turismo / Xunta de Galicia – Rúa do Vilar, 30. Tél. : 981 584 081. Site : http://www.turgalicia.es

- Oficina do Xacobeo – Rúa do Vilar, 30-32. Tél. : 902 33 2010. Site : http://www.xacobeo.es




- La compostela

Accomplissant son dernier acte rituel, le pèlerin se dirige vers la Oficina del Peregrino, bureau d’'accueil de la cathédrale. Son directeur, don Jenaro Cebrián, ainsi que ses deux coordinateurs (María Eiras et Eduardo Pérez), y assurent une permanence quotidienne. Ils se tiennent à la disposition des pèlerins, et leur délivrent la compostela sur présentation de la credencial, aux conditions définies par les autorités religieuses de la cathédrale.

- Rendez-vous liturgiques

Tous les jours, à midi, a lieu la messe des pèlerins ; le fameux botafumeiro (encensoir géant) y est de sortie s'’il a fait l’objet d'’une offrande spécifique (240 euros en 2008) à la Oficina del Peregrino (peregrinos@archicompostela.org). Pendant les années saintes, quatre messes des pèlerins sont célébrées à 10 h, midi, 18 h et 19 h 30.

On peut aussi recevoir le sacrement de réconciliation dans la langue de son choix (s’adresser à la sacristie).

Depuis 2006, une veillée de prières quotidienne (de Pâques à fin octobre) est proposée aux pèlerins. Après les rites de bénédiction et de purification, le prêtre explique la symbolique du Pórtico de la Gloria. Puis il invite les pèlerins à le suivre auprès du maître-autel, où chacun peut s'’exprimer sur son cheminement. La veillée s’'achève dans la Capilla de Nuestra Señora del Pilar (chapelle de Notre-Dame du Pilier) par un Salve Regina. Ceux qui le souhaitent peuvent ensuite descendre dans la crypte pour se recueillir auprès du sépulcre.

- Le 25 juillet

Le 25 juillet est célébrée la fête de saint Jacques, et de nombreux pèlerins arrivent à Santiago la veille de ce grand jour. Les festivités sont spectaculaires : le 24, à 23 h 30, un feu d’artifice embrase la façade de la cathédrale et illumine le ciel. Le lendemain a lieu une messe officielle, en présence du roi d’Espagne ou de l’'un de ses représentants. Pour ceux qui veulent assister à ces deux rendez-vous, il est conseillé d'’arriver longtemps à l’avance, car les places sont comptées !

- Les années saintes

L’'Année sainte compostellane, ou Année jubilaire, est proclamée chaque fois que la fête de l’'Apôtre tombe un dimanche, ce qui se produit 4 fois en 28 ans. 2010 est une Année sainte, et la prochaine aura lieu en 2021. Le 31 décembre qui précède ces années est ouverte solennellement la Puerta Santa ou Puerta del Perdón (porte Sainte ou porte du Pardon), qui se trouve Plaza de la Quintana. Durant ces années exceptionnelles, une seconde messe des pèlerins est célébrée l’'après-midi, et le botafumeiro encense généralement la nef de la cathédrale aux deux offices quotidiens des pèlerins.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 11 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières