Saint-Gilles-du-Gard (Gard)

agrandir Chemins de saint Gilles, Saint-Gilles-du-Gard (Gard)
La crypte de la basilique abrite le tombeau de saint Gilles © D.R.
Chemins de saint Gilles, Saint-Gilles-du-Gard (Gard)
La crypte de la basilique abrite le tombeau de saint Gilles © D.R.

Saint-Gilles-du-Gard, 30800 - Languedoc-Roussillon. Que de « corps saints » à vénérer durant les premières étapes de ce chemin ! Celui de saint Gilles attira tant de pèlerins que l’'église où il fut enterré devint le premier sanctuaire de pèlerinage de la France romane.

À propos de l'article

  • Publié par :Gaële de La Brosse
  • Édité par :Gilles Donada

Le tombeau du saint fut redécouvert dans l’'église basse en 1865 ; un siècle plus tard, le pèlerinage vers Saint-Gilles-du-Gard ressuscita. Les jacquets croisent donc parfois dans cette ville des pèlerins venus de Toulouse, de Rocamadour, de Cluny ou d’'Aubrac, venus honorer la mémoire du saint ermite.

Tous se retrouvent à l’'abbatiale, qui est l'’une des merveilles de l’'art roman provençal. Les sculptures de la façade, véritable « livre de pierre », sont un magnifique support de méditation. Elles représentent notamment certaines scènes du Nouveau Testament : l’'adoration des Mages, le songe de Joseph, Jésus chassant les marchands du temple, la Cène, l’'entrée du Christ à Jérusalem, le baiser de Judas, la Crucifixion.

Au centre du chœœur, la table d’'autel est posée sur un chapiteau corinthien, que surmonte une colonne cannelée sur laquelle est fixé le buste du pape Clément IV, natif de Saint-Gilles. A certaines heures, on peut accéder au fameux escalier hélicoïdal ou « vis de Saint-Gilles » (XIIe siècle), qui fut pendant longtemps un passage obligé pour les compagnons tailleurs de pierre.

Accueil et Traditions saint-gilloises

Maison du Pèlerin
Tél. : 06 10 39 87 07 (ouvert du 1er mars au 31 octobre).

Qui est saint Gilles ?

Saint Gilles (Aegidius) serait né à Athènes entre le VIe et le IXe siècle. Loué et admiré pour les nombreux miracles qu’il accomplit, il quitta son pays natal et aborda en Provence. Après avoir été accueilli à Arles, il se serait retiré en ermite dans la vallée flavienne, où une biche l’aurait nourri de son lait.

Au cours d'’une partie de chasse, alors qu’il tentait de protéger l’'animal nourricier, il fut blessé à la main par une flèche décochée par un roi wisigoth. Ce dernier, pour se racheter, fit bâtir en cet endroit une abbaye dont Gilles devint le premier abbé.

A sa mort, son culte se répandit rapidement. Dans la littérature épique, saint Gilles est loué comme « le seul saint qui ne fait jamais défaut à celui qui l'’invoque avec foi » et le Guide du pèlerin de Saint-Jacques place immédiatement après les prophètes et les apôtres cette « très brillante étoile venue de Grèce ».

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières