Balade en forêt avec saint Bernard, autour de l'abbaye de Fontenay

agrandir L'abbaye cistercienne de Fontenay, située à mi-chemin entre Auxerre (Yonne) et Dijon (Côte-d'Or), est classée depuis 1981 au patrimoine mondial de l'Unesco.
L'abbaye cistercienne de Fontenay, située à mi-chemin entre Auxerre (Yonne) et Dijon (Côte-d'Or), est classée depuis 1981 au patrimoine mondial de l'Unesco. © Marc Ryckaert
L'abbaye cistercienne de Fontenay, située à mi-chemin entre Auxerre (Yonne) et Dijon (Côte-d'Or), est classée depuis 1981 au patrimoine mondial de l'Unesco.
L'abbaye cistercienne de Fontenay, située à mi-chemin entre Auxerre (Yonne) et Dijon (Côte-d'Or), est classée depuis 1981 au patrimoine mondial de l'Unesco. © Marc Ryckaert

L'abbaye de Fontenay témoigne du rayonnement de l'ordre cistercien. Mais la forêt alentour murmure elle aussi un message puissant.

À propos de l'article

  • Publié par :CHALAND Christophe
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    7089 du 11 octobre 2018

Elle se porte comme un charme, en dépit de ses 900 ans ! L'abbaye de Fontenay, à quelques kilomètres de Montbard (Côte-d'or), constitue l'ensemble cistercien le mieux conservé, le plus cohérent et le plus complet de France. Face à la porterie, le visiteur découvre un site classé au patrimoine mondial de l'Unesco, dont la plupart des bâtiments datent du XIIe siècle. Leur visite, passionnante, invite à une plongée dans le monde monastique en pleine ébullition de cette époque.

C'est saint Bernard lui-même, alors âgé de 28 ans, abbé fondateur de Clairvaux depuis seulement trois ans, qui envoie en 1118 (ou 1119) des moines dans le vallon de Fontenay, sur des terres données par sa famille. L'énergie de ces hommes laisse songeur. En moins de trente ans, ils bâtissent en effet l'immense église abbatiale, tout en envoyant des frères fonder de nouveaux monastères (Sept-Fons en 1132, Chézery en 1140) ! Mais l'abbaye n'est pas la seule, ici, à parler de Bernard et de ses compagnons. La balade du « sentier de la forêt de Fontenay » conduit vers le premier lieu d'implantation des moines. Allons-y !

BFC_0012406

Les bâtiments de l'abbaye sont littéralement servis dans un écrin de verdure.


La forêt pour écrin

Si vous arrivez à l'abbaye après 10 heures (heure d'ouverture), passez à l'accueil et demandez le livret « le sentier de la forêt de Fontenay ». À droite en sortant de l'abbaye, le parcours emprunte le large chemin longeant le mur d'enceinte. Il est balisé de bout en bout par des poteaux en bois de Douglas imputrescible, numérotés de 1 à 17, indiquant la marche à suivre.

Ouvrez l'œil ! Ces balises sont parfois masquées par le dense feuillage du sous-bois. C'est le cas de la balise 5, sur la gauche du chemin. Elle signale une source, « la fontaine fiévreuse ». Mais il suffit de tendre l'oreille pour la repérer. Elle désaltérait déjà, probablement, l'ermite installé dans la combe avant l'arrivée des premiers cisterciens.

Quel souvenir lui est attaché pour que ce nom lui soit resté ? « Sans doute est-ce la source de la première abbaye, réputée pour guérir la teigne et la rage », avance le guide. Ces noms évoquent des maladies de la relation : « Méchant comme une teigne. Enragé… » peut-être venait-on rendre visite à l'ermite ou aux moines, hommes de prière et de paix, dans l'espérance d'être libéré de passions mauvaises ?

Balade_abbaye_de_Fontenay

Le chemin monte en pente douce, bordé d'arbres remarquables. Ici un hêtre imposant, là un merisier magnifique. Des sangliers ont dévalé la pente et laissé leurs traces sur le chemin. De l'autre côté de la combe, les cimes dégarnies des frênes signalent la progression d'une maladie dévastant cette espèce, la chalarose.

Me revient en mémoire une parole attribuée à saint Bernard : « les arbres et les rochers vous enseigneront des choses que vous ne sauriez entendre ailleurs. »

Marchons, mais pas trop vite : il y a tant à voir, à entendre. Après la balise 6, je suis tenté d'emprunter le chemin descendant à droite vers le petit étang aperçu entre les arbres, mais non, le circuit continue tout droit et longe l'étang par la gauche. Un gros rapace nocturne fuit ma présence d'un vol lourd, glissant entre les hautes ramures. Silencieux. Lui aussi m'éclaire.

Avant le croisement de chemins, cherchez la balise sur la droite b4. elle indique le sentier descendant vers l'étang. La tradition situe la première fondation de Fontenay par là. Il n'en reste rien.

À la fin du XIIe siècle, plus de trois cents monastères cisterciens couvrent l'Europe. Je médite sur cet élan extraordinaire. Des monastères entiers passaient sous l'obédience de Cîteaux. Saint Bernard a récolté les fruits du souffle de réforme qui soulevait la société et l'Église depuis le siècle précédent. Aujourd'hui aussi, l'Église cherche à se réformer, à poursuivre l'élan du concile Vatican II. Et ce n'est pas l'affaire d'un seul, fût-il pape.

Au bord de l'étang, le sentier vire en épingle à cheveux pour longer la rive. La balade se poursuit (balises 9 à 17), guide en main pour comprendre la forêt, entre taillis et futaies, avant de revenir à l'abbaye. L'étonnante variété des arbres – dimensions, forme, port… – me surprend.

Saint Bernard aurait-il éveillé mon attention ? Le vol d'un épervier en lisière de bois. Quelques bolets. la vie est donnée, à profusion. Il suffit de regarder.


Mes conseils

Christophe Chaland

L'abbaye se situe à dix minutes en taxi de la gare de Montbard (Côte-d'Or), desservie par le TGV (Lille-Paris-Dijon-Mulhouse). À l'accueil de l'abbaye, demandez le guide « Le sentier de la forêt de Fontenay » (gratuit). Trente-cinq pages d'informations pour « lire » la forêt dans tous ses états : botanique, écologique, sylvicole, et une carte détaillée du parcours

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières