Dimanche 15 mai - Actes des apôtres (Ac 2, 1-11)

agrandir "Tous furent remplis d’Esprit saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit." (Ac 2, 1-11)
"Tous furent remplis d’Esprit saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit." (Ac 2, 1-11) © Olivier Balez
"Tous furent remplis d’Esprit saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit." (Ac 2, 1-11)
"Tous furent remplis d’Esprit saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit." (Ac 2, 1-11) © Olivier Balez

Pour vous aider à vous préparer à dimanche, lisez le commentaire de la première lecture de Dimanche, proposé par Sœur Nathalie Becquart.

À propos de l'article

  • Publié par :Sœur Nathalie Becquart
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    11 mai 2016

1re lecture - Actes des apôtres (Ac 2, 1-11)

Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours après Pâques, ils se trouvaient réunis tous ensemble.

Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit.

Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient.

Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Élamites, habitants  de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. »

Un événement de parole

Ils se trouvaient réunis tous ensemble… Tous furent remplis d’Esprit saint.

Quelque chose se passe : soudain et stupéfiant. Les apôtres, le jour de la Pentecôte, se mettent à parler, à s’exprimer « selon le don de l’Esprit ». Et cette parole est comprise par tout le monde.

« Tous nous les entendons parler dans nos langues les merveilles de Dieu. » Alors qu’au quotidien nous nous confrontons souvent aux difficultés de communication, aux obstacles qui bloquent les relations, aux incompréhensions qui naissent des différences de langage, ici « chacun d’eux entendait dans son pro-pre dialecte ceux qui parlaient ».

Sans doute pouvons-nous aussi faire mémoire de ces moments de rencontre vraie, quand nous sommes touchés, mutuellement, par un partage en profondeur, quand la parole d’autrui nous rejoint personnellement.

Comme les apôtres et ces foules de toutes les nations réunies ici à Jérusalem, nous éprouvons alors notre commune humanité dans la force d’une communion fraternelle possible, au-delà de toutes frontières. Telle est aussi l’aventure des JMJ que de nombreux jeunes de tous pays se préparent à vivre cet été à Cracovie, en Pologne.

Le miracle de ce rassemblement, une nouvelle Pentecôte, c’est de vivre le langage universel du cœur et de la fraternité. Il dépasse le barrage de la langue par la puissance de l’Esprit qui unit tous les enfants de Dieu.

Sœur Nathalie Becquart, 47 ans, religieuse xavière, elle est directrice du Service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations à la Conférence des évêques de France.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières