Dimanche 13 mars - Evangile de Jésus-Christ selon Saint Jean (Jn 8,1-11)

agrandir Dimanche 13 mars - Evangile de Jésus-Christ selon Saint Jean (Jn 8,1-11)
Ils se retirèrent en commençant par les plus vieux © © Olivier Balez
Dimanche 13 mars - Evangile de Jésus-Christ selon Saint Jean (Jn 8,1-11)
Ils se retirèrent en commençant par les plus vieux © © Olivier Balez

Dimanche 13 mars - Evangile de Jésus-Christ selon Saint Jean (Jn 8,1-11). Pour vous aider à vous préparer à dimanche, lisez le commentaire de l'évangile proposé par Michel Fourcade.

À propos de l'article

  • Publié par :Michel Fourcade
  • Édité par :Sebastien Antoni
  • Publié dans Pèlerin
    6954 du 10 mars 2016

Sable ou caillou ?

Le chemin dans la mer puis le fleuve dans le désert : deux images utilisées par Isaïe pour faire comprendre les deux temps du don de Dieu. Pour son peuple qui se noyait, le Seigneur a d’abord tracé « un sentier dans les eaux puissantes ». Mais voilà que ce peuple suffoque désormais dans l’aridité désertique et que le Seigneur fait couler pour lui le torrent de sa miséricorde.

Ce chemin dans la mer a quelque chose qui ressemble à la Loi morale, une terre ferme pour avoir pied, pour ne pas s’enfoncer dans les sables mouvants ; la Loi pour éduquer nos désirs, nos pulsions, nos passions ; la Loi pour creuser nos consciences et nous aider à distinguer le bien du mal : la Loi du Seigneur est notre rempart, et le Christ la prend d’ailleurs comme alliée pour briser le cercle de lynchage, en renvoyant chacun à ses propres manquements.                  

Mais cette aridité, c’est la Loi morale également, quand la terre ferme devient pierreuse et dure ; quand la Loi nous condamne à nos propres yeux et nous fait désespérer du pardon ; quand nous utilisons la Loi pour lapider et enfermer l’autre dans son péché ; quand la conscience se referme sur elle-même dans la culpabilité ou la sentence définitive d’un jugement. Voilà un « Va et ne pèche plus » qui nous « fait oublier ce qui est en arrière et qui nous lance vers l’avant » ; qui nous fait déjà goûter la « puissance de la Résurrection ».


Michel Fourcade, 50 ans, enseigne l'histoire religieuse et culturelle contemporaine à l’université de Montpellier (Hérault). Il est marié et père de cinq enfants âgés de 13 à 21 ans.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières