Témoignage du maire de Conques-sur-Orbiel, après les inondations dans l’Aude

agrandir Une rue de Conques-sur-Orbiel, après les inondations du 16 octobre. L’équivalent de trois mois de pluie a été déversé en quelques heures.
Une rue de Conques-sur-Orbiel, après les inondations du 16 octobre. L’équivalent de trois mois de pluie a été déversé en quelques heures. © Pascal Pavani/AFP
Une rue de Conques-sur-Orbiel, après les inondations du 16 octobre. L’équivalent de trois mois de pluie a été déversé en quelques heures.
Une rue de Conques-sur-Orbiel, après les inondations du 16 octobre. L’équivalent de trois mois de pluie a été déversé en quelques heures. © Pascal Pavani/AFP

Le village de Conques-sur-Orbiel avait gagné le prix Pèlerin des Médias pour la restauration de son retable, en 2017. Ce village de l’Aude a été particulièrement touché par les inondations, comme en témoigne le maire, Jean-François Juste.

À propos de l'article

  • Créé le 17/10/2018
  • Publié par :Sabine Harreau
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    17 octobre 2018

« C’est une catastrophe. Nous avons un décès parmi les quatorze recensés dans le département. Quarante personnes ont été évacuées. Depuis lundi, pompiers, gendarmes et 250 bénévoles sont sur le terrain. Tout le bas de Conques a été inondé, les voies d’accès au village sont coupées.
Il y a eu comme une explosion, une vague de 2,5 mètres qui a déferlé. Il n’y a plus d’école maternelle, de gymnase. On vient de retrouver un véhicule dans les arbres. La route départementale qui relie Conques-sur-Orbiel à Carcassonne est coupée. Le pont n'a pas résisté. Des chemins communaux et des vignes ont été rayés de la carte.
Plus de dix ans de travail pour l’embellissement du village ont été anéantis. Nous avions restauré l’école, le restaurant scolaire, la médiathèque. Les avenues qui avaient aussi été refaites sont parties en éclats. Il y en a pour des millions de dégâts. C’est la désolation. 

 

Quant au retable, en restauration hors du village, je l’ai vu il y a un mois. La première partie est terminée. C’est magnifique ! On se réjouissait de sa restauration. Mais aujourd’hui, il y a d’autres priorités.
Nous avons soixante personnes à reloger. Le groupe scolaire doit être remise en état pour que dans 15 jours,  à la fin des vacances, les trois cents enfants de l’école maternelle et primaire puissent reprendre leur scolarité. Aujourd’hui il n’y a plus ni tables, ni cahiers… 
Toute aide est la bienvenue. Des personnes proposent de nous apporter du matériel. On prend leur numéro car pour le moment on ne peut rien stocker. »

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 15 novembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières