Thé & café

agrandir Thé & café
© karaidel/Fotolia
Thé & café
© karaidel/Fotolia

Pour la nouvelle année, Catherine Lalanne, rédactrice en chef à Pèlerin, évoque une "bienfaisante fraternité" et un "goût des autres" que Pèlerin s'engage à accueillir et à entretenir tout au long de 2016.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 06/01/2016
  • Publié par :Catherine Lalanne
  • Édité par :Aude Loyer-Hascoët
  • Publié dans Pèlerin
    6945 du 7 janvier 2015

Dimanche 3 janvier, une voisine perdue de vue est venue frapper à ma porte pour me présenter ses vœux et m’offrir des chocolats. Après avoir partagé un café avec moi, elle est allée toquer à la porte d’à côté. Comme j’applaudissais son initiative, elle m’a répondu simplement qu’elle revisitait la tradition.

Jusqu’en 1840, date de l’invention du timbre-poste, la coutume voulait qu’on rende visite à ses proches – famille, amis, voisins, collègues de travail et même à son patron – pour leur souhaiter la bonne année ! Les plus jeunes allaient vers les plus âgés, les débiteurs vers leurs bienfaiteurs, les bien-portants vers les plus fragiles. Étrennes et friandises accompagnaient ces déplacements et galvanisaient les enfants. À l’heure des vœux par e-card, SMS ou courriels, cette visite impromptue m’a profondément touchée. Notre lien émoussé par le quotidien a repris sens et le dialogue s’est renoué.

Cette bienfaisante fraternité, nous nous engageons à l’accueillir dans votre hebdomadaire, tout au long de 2016. Un an après les premières attaques terroristes de Paris, deux mois après celles du Bataclan, nous ouvrons cette semaine nos colonnes à trois acteurs de paix : un chrétien, un juif et un musulman.

Ils disent l’urgence du dialogue et la primauté de la rencontre. Dans la crise majeure que nous traversons, il faut plus que jamais toquer à la porte de ceux qui paraissent éloignés et ne demandent qu’à se relier. Vivre ensemble et faire société quand l’épouvante incite à rejeter l’autre et à se barricader.

Vous souvenez-vous de l’esprit du 11 janvier dernier ?

Quatre millions de Français avaient battu le pavé pour dire non à l’intolérance dans un élan de communion qui s’est trop vite évanoui. Eh bien, le week-end prochain, les mosquées font portes ouvertes. Découverte des édifices, présentation du Coran et thés de la fraternité attendent les visiteurs. Toutes les questions sur la religion musulmane seront permises. Une première dans l’Hexagone à laquelle je pense participer. La visite de ma voisine et le café partagé m’incitent à aller goûter ce thé oriental de l’amitié. 

Chers lecteurs, que 2016 soit pour nous tous une année de portes ouvertes plutôt qu’un monde fortifié. Sans angélisme ni faiblesse, en défendant haut nos valeurs et notre démocratie, cultivons le goût des autres, autour d’un café ou d’un thé, autant de fois que possible. Au nom de toute la rédaction, je vous souhaite une année de rencontres et de dialogue, de concorde et de paix.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières