L’espérance, une goutte d’eau

agrandir L’espérance, une goutte d’eau
© Anthony Micallef
L’espérance, une goutte d’eau
© Anthony Micallef

Pour les fêtes, Catherine Lalanne, rédactrice en chef à Pèlerin, revient sur cette petite flamme qui ne cesse jamais de brûler dans le cœur des hommes : l'espérance.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Publié par :Catherine Lalanne
  • Édité par :Aude Loyer-Hascoët
  • Publié dans Pèlerin
    6942-43 du 17 au 24 décembre 2015

Ce matin, dans les embouteillages, une amie adepte du covoiturage m’interroge sur notre édition de Noël. Quand je lui annonce que nous dédions ce numéro à l’espérance, son visage s’éclaire d’un coup. Entre ses soucis quotidiens et le fracas de l’actualité, le moral de ma passagère reflète celui des Français. Sa fille aînée peine à décrocher son premier CDD ; la menace d’un attentat pèse sur ses préparatifs des fêtes ; le sursaut citoyen du deuxième tour des régionales n’efface pas, dans son esprit, l’avertissement du premier.

Pour fuir la morosité, nous mettons le cap sur l’espérance. La petite flamme de tous les jours et la grande qui dilate le cœur, celle qui, en dépit de tout, refuse mordicus de s’éteindre.  

Cette confiance qui résiste à l’épreuve, qui est amplifiée par la foi, nous paraît aussi nécessaire que l’air que nous respirons.

       À propos d’air, il s’épaissit à l’entrée sud de Paris. C’est l’heure de pointe, la fumée des pots d’échappement embrume la porte d’Orléans. À l’entrée du tunnel, pourtant, un ours polaire rappelle l’urgence à refroidir l’environnement.

Le plantigrade est arrivé avec la COP21 dans  la palette de jeunes artistes qui peignent, dans la pollution et le bruit, une immense fresque naturaliste. Chaque matin, l’arche de Noé s’agrandit. Sous nos yeux éblouis sont apparus un aigle royal, des otaries et, aujourd’hui, un colibri. Cette ode à la Création émerveille les Franciliens et leur donne envie d’applaudir l’accord historique de Paris. Au côté des chefs d’État de 195 pays aiguillonnés par une mobilisation citoyenne inédite, les artistes font leur part du boulot comme le petit colibri.

Alors qu’un incendie ravage la forêt, l’oiseau va sans relâche de la rivière au brasier, une minuscule goutte d’eau au bec. Un toucan goguenard l’interpelle : « Crois-tu éteindre le feu avec quelques gouttes d’eau ? »

Je fais ma part 

→ répond l’oiseau.

Chers lecteurs, tel le colibri, Pèlerin apporte son écot et sème, au pied du sapin, quelques graines de beauté et de spiritualité. En rassemblant dans cette édition les prophètes, les éclaireurs, les artistes et les enfants, en partageant avec vous la joie de la Nativité, votre journal clame son espérance. Quels que soient les temps incertains, les difficultés traversées, vivez, à nos côtés, un Noël de confiance et de sérénité dans la lumière de ce numéro qui vous est entièrement dédié. 

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières