Pèlerins de la Terre

agrandir Truite mouchetée.
Truite mouchetée. © Fondation pour la sauvegarde de la trouite mouchetée.
Truite mouchetée.
Truite mouchetée. © Fondation pour la sauvegarde de la trouite mouchetée.

Vous ne les connaissez pas encore ? Benoît Fidelin, rédacteur en chef à Pèlerin, vous les présente !

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 15/04/2015
  • Publié par :Benoît Fidelin
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6907, du 16 avril 2015

Tout a commencé par les truites mouchetées. Celles de ma jeunesse, au cœur de la Normandie striée de cours d’eau oxygénés. Dans l’un d’eux, je me suis lové dès l’enfance pour pêcher à la ligne. La rivière, c’était la vie !

Elle alignait des herbiers mouvants, regorgeait de larves, attirait le vol des libellules aux ailes de tulle clair : le bonheur au bord de l’eau… qui connut une fin.

► Son. Ecoutez l"édito de Benoît Fidelin sur les ondes de RCF.

 

En vingt ans, la vie naturelle s’en est allée sous les coups des pollutions domestiques, industrielles et agricoles. Pire : à l’embouchure de la rivière, la mer se révélait pillée par la surpêche, tandis que le plateau cultivé surplombant la vallée devenait désert, suite aux remembrements successifs.

Ainsi ai-je acquis, de façon quasi charnelle, la certitude qu’il fallait protéger la Terre. Sans accuser pour autant mes amis paysans.

N’avaient-ils pas gagné le pari de l’autosuffisance alimentaire et conquis des marchés à l’export pour mieux nourrir le monde ? Et puis, soyons justes : c’est peu dire si ma génération a profité, au départ, de la croissance industrielle débridée et de la folle consommation d’énergie.

Seulement, au sujet des générations, j’ai pris conscience que chacune avait sa fécondité. Qu’elles pouvaient apporter différemment leur pierre au bien commun. L’une par la rage de prospérer. La suivante en rectifiant le tir par le refus du progrès à tout prix.

Journaliste à l’affût de ces mutations, que n’ai-je découvert à ce sujet ces dernières années ! Des conversions en masse – le mot n’est pas trop fort.

Paysans passés à l’agriculture écologique ou raisonnée, artisans misant sur les économies d’énergie et les matériaux durables, patrons d’usines recyclant leurs déchets, pionniers de nouveaux modes de vie face au défi climatique.

Avec Dominique Lang, prêtre assomptionniste et journaliste à Pèlerin, nous leur avons donné un nom : « Pèlerins de la Terre ».

En fidélité à notre hebdomadaire et à ses valeurs chrétiennes, qui nous dictent de défendre l’homme au sein de la Création dans laquelle il est inscrit.

En référence à cette terre dont nous sommes locataires, d’où l’idée de vivre en cohérence avec elle, afin de mieux la transmettre.

Dès cette semaine, une fois par mois, notre rubrique « Vivre autrement » donnera la parole à ces hommes et ces femmes détenteurs d’une immense promesse, car désireux de vivre en cocréateurs et pas seulement en consommateurs. Alors, bonne lecture. Et que vivent les truites mouchetées !

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières