L’autorité & les larmes

agrandir Pour le pape François "quand on se laisse étreindre, la vie peut changer".
Pour le pape François "quand on se laisse étreindre, la vie peut changer". © Max Rossi/Reuters
Pour le pape François "quand on se laisse étreindre, la vie peut changer".
Pour le pape François "quand on se laisse étreindre, la vie peut changer". © Max Rossi/Reuters

Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin, réfléchit sur les figures contemporaines de l'autorité et appelle à conjuguer exigence et bienveillance.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 13/01/2016
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :Aude Loyer-Hascoët
  • Publié dans Pèlerin
    6946 du 14 janvier 2016

Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin

Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin

Je ne suis pas particulièrement émotive. Mais quand même… J’ai été impressionnée, il y a quelques jours, par les larmes d’Obama.

Avez-vous vu cette séquence où le président américain essuie une larme puis une autre alors qu’il est en train de présenter son projet pour encadrer la vente d’armes à feu aux États-Unis ? C’est le moment où il évoque ces milliers d’Américains innocents, notamment des jeunes et des enfants, fauchés chaque année par des déséquilibrés surarmés. Cet instant de télévision m’a interrogée : la politique est-elle compatible avec la compassion ?


L’autorité supporte-t-elle la fragilité ?...

J’en étais là de mes cogitations lorsque le livre d’entretien du pape François est arrivé sur mon bureau. Son titre, Le nom de Dieu est Miséricorde, aurait pu annoncer un traité de théologie, mais ce serait évidemment mal connaître François. Cet ouvrage est, en effet, scandé comme beaucoup de ses discours par des rencontres et des récits sur lesquels le pape s’appuie pour exposer ses convictions et expliquer ses décisions.

Ces deux exemples nous font réfléchir sur la société d’aujourd’hui et sur l’exercice de l’autorité. Notre époque est, en effet, guettée par deux dangers.

D’un côté, nous sommes menacés par une déshumanisation implacable qui aligne chiffres, principes et techniques au détriment de l’attention aux personnes. De l’autre côté, nous pouvons être parfois envahis par la dictature de l’émotion qui submerge tout, même la réflexion et la raison.

Ces travers sont comme les deux faces d’un même égarement contemporain. L’urgence est donc de retrouver les voies qui conjuguent exigence et bienveillance, théorie et pratique, urgence et vision à long terme. On le voit bien, les personnalités qui font autorité aujourd’hui sont celles qui allient expertise et authenticité, vision globale et attention aux situations singulières.

Le pape François en est sans doute l’exemple contemporain le plus frappant. Ses paroles sont en accord avec ses actes, sa doctrine avec sa pastorale et inversement. Il est possible d’en tirer les leçons au-delà du cercle religieux : la crédibilité d’un dirigeant tient à son expertise mais tout autant à sa capacité à écouter, à prendre en compte la réalité au plus proche du terrain, même à se laisser toucher par elle.


Heureux ceux qui pleurent…


Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières