En Avent toute !

agrandir Calendrier de l'Avent.
Calendrier de l'Avent. © Jeremy Couture / Flickr / CC
Calendrier de l'Avent.
Calendrier de l'Avent. © Jeremy Couture / Flickr / CC

Et voilà, nous passons en marche Avent. Noël se profile à l’horizon et le décompte d’ici au 25 décembre commence. Les calendriers reprennent du service et, cette année encore, l’imagination des concepteurs est sans limite.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 27/11/2013
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6835, du 28 novembre 2013.

Il est loin le temps du premier calendrier, né au XIXe siècle en Allemagne, offrant chaque jour une image pieuse. On connaissait déjà les modèles alimentaires avec des chocolats, en voici maintenant avec du thé, des tisanes ou des capsules de café.


La version gourmande pour chats – dont j’avais signalé l’apparition en son temps – continue à faire patte de velours. Côté enfants, les exemplaires avec petits jouets sont les plus populaires : figurines, animaux, bijoux et accessoires à cheveux.


Son. Ecoutez l’édito d’Anne Ponce.

 

Bien sûr, vous trouvez désormais la version numérique pour smartphones et tablettes : images, films, réductions commerciales, blague du jour. En cherchant bien, vous trouverez même des calendriers chrétiens avec des images de Noël et des citations de la Bible.


Évidemment on peut voir le mauvais côté des choses. Regretter la dérive symbolique
et l’exploitation commerciale. Le lien entre une friandise ou la promo du jour et le vrai sens de la fête ne saute pas aux yeux. Mais tentons quand même de trouver les avantages de cet engouement : le calendrier de l’Avent est une tradition qui perdure,
avec l’esprit de Noël qui essaie de se frayer un chemin, malgré tout.


D’autant que l’air du temps n’est pas à se tourner vers l’avenir avec confiance mais plutôt à ronchonner en regardant dans le rétroviseur. Beaucoup pensent qu’« il n’y a plus rien à attendre » et que « tout va de mal en pis ».


Quand on y réfléchit, le calendrier de l’Avent nous invite à nous remettre dans le sens de la marche. Après tout, c’est un moyen de goûter la saveur de chaque jour et d’attendre avec impatience la bonne surprise que nous réserve le lendemain.


On rejoint alors quelque chose de la signification chrétienne du temps d’attente avant Noël : aujourd’hui est un Avent-goût du salut, un signe Avent-coureur de l’accomplissement de la promesse.


Quatre semaines d’attente, 24 petites cases : quelques pincées d’espérance dans un monde trop dur. En Avent ! f

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières