Edito - Demain des femmes diacres ?!

agrandir Les femmes pourront-elles accéder au diaconat ? En réponse à une question posée lors d’une rencontre du pape avec les responsables de l’UISG (l’Union internationale des supérieures générales), à Rome, le Saint-Père a évoqué cette possibilité.
Les femmes pourront-elles accéder au diaconat ? En réponse à une question posée lors d’une rencontre du pape avec les responsables de l’UISG (l’Union internationale des supérieures générales), à Rome, le Saint-Père a évoqué cette possibilité. © Ciric
Les femmes pourront-elles accéder au diaconat ? En réponse à une question posée lors d’une rencontre du pape avec les responsables de l’UISG (l’Union internationale des supérieures générales), à Rome, le Saint-Père a évoqué cette possibilité.
Les femmes pourront-elles accéder au diaconat ? En réponse à une question posée lors d’une rencontre du pape avec les responsables de l’UISG (l’Union internationale des supérieures générales), à Rome, le Saint-Père a évoqué cette possibilité. © Ciric

François n’est décidément pas là pour faire la sieste dans les jardins du Vatican. Ses échanges de la semaine dernière avec des supérieures de congrégations religieuses sur la question de l’accès des femmes au diaconat ont fait le tour du globe en quelques minutes ...

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    13 mai 2016

anne det

Tout est parti d’une petite phrase du pape en réponse à une interrogation sur le sujet. Une petite phrase, peut-être, mais un grand dossier pour l’Église catholique depuis longtemps.

Rappelons d’abord que le sujet du diaconat féminin ne trouve pas son origine dans d’exorbitantes revendications de dangereuses militantes féministes, mais dans l’Évangile lui-même. Dans son épître aux Romains, Paul parle en effet de « Phébée, notre sœur diaconesse de l’Église de Cencrées ».

Le sujet a donc déjà été réfléchi dans l’Histoire, notamment dans un document de la Commission théologique internationale en 2003. Le pape Benoît XVI avait ensuite demandé « plus d’espace et plus de responsabilité aux femmes dans le service ministériel », tandis que le pape François a exprimé à plusieurs reprises le souhait d’une « présence féminine plus incisive dans l’Église ». Jusqu’à présent cependant, comme sœur Anne, on ne voyait rien venir.

Il faut dire que la réflexion sur le diaconat au féminin s’inscrit dans le dossier plus large et ô combien controversé de « L’Église et les femmes ». D’un côté, un discours religieux traditionnel porte aux nues le génie féminin : la femme vierge ou la femme mère, celle qui donne la vie, celle sans qui les paroisses ne tourneraient pas, etc. Ce discours est tellement idéalisant qu’on en rougirait presque.

Malheureusement, il va trop souvent de pair avec des pratiques excluant les femmes des responsabilités ecclésiales : une situation dont il est malvenu de se plaindre puisque, n’est-ce pas, « le pouvoir est un service ». Le dossier est bien ficelé, fermez le ban. Attendons donc la suite. Créer une commission a fréquemment comme but et/ou comme résultat d’enterrer une question. Avec le pape François, créer une commission pourrait vouloir dire ressortir le dossier du placard. Ce serait vraiment une bonne nouvelle.

Juste une dernière chose: À ceux qui fronceraient les sourcils à l’idée de confier plus de responsabilités aux femmes dans l’Église, ne dites surtout pas qu’il y a déjà des femmes directrices de rédaction dans des journaux catholiques, cela pourrait leur faire un choc. Pour l’instant, si vous le voulez bien, gardons pour nous cette information.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 2 août 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières