Carême et politique

agrandir "Je suggère au gouvernement de tester une sorte de carême républicain", Anne Ponce.
"Je suggère au gouvernement de tester une sorte de carême républicain", Anne Ponce. © Jean-Pierre Dalbéra/ Flickr / CC
"Je suggère au gouvernement de tester une sorte de carême républicain", Anne Ponce.
"Je suggère au gouvernement de tester une sorte de carême républicain", Anne Ponce. © Jean-Pierre Dalbéra/ Flickr / CC

Sobriété côté spirituel, l'heure est aussi à la sobriété, côté gouvernement. Et s'il fallait se recentrer sur l'essentiel ? Le point de vue d'Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin.

Dossier

Nos éditos

Les éditos d'Anne Ponce

À propos de l'article

  • Créé le 09/04/2014
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :François Boulard
  • Publié dans Pèlerin
    6854, du 10 avril 2014.

L’époque est à la sobriété. C’est assez logique pour les chrétiens qui vivent le temps du Carême. Depuis le mercredi des Cendres et jusqu’au matin de Pâques, les croyants sont appelés à la prière, à la charité et au jeûne.

La prière : pour se mettre à l’écoute de la Parole, faire silence, s’accorder une pause. La charité : pour se soucier les uns des autres, être solidaires des plus fragiles, faire place aux plus pauvres. Le jeûne : pour vivre le manque, sortir de l’autosuffisance, se ressourcer. Période salutaire qui permet de se recentrer sur l’essentiel. Dans l’espérance d’une vie nouvelle.

De saison côté spirituel, la sobriété est apparemment à la mode côté politique. C’est en tout cas ce qu’il est de bon ton d’afficher officiellement. Le nouveau gouvernement s’est présenté d’emblée comme une équipe « resserrée » : 16 ministres au lieu de 20 et 17 ministres délégués auparavant autour de Jean-Marc Ayrault.

►Son. Écoutez l'édito d'Anne Ponce.

 

Dès le premier Conseil, Manuel Valls a insisté sur ses exigences et ses nouvelles méthodes de travail : cohérence, cohésion, et… modération législative. Il faudra mettre fin à l’inflation de textes, trop rapidement élaborés et mal appliqués. Le train de vie de l’État est aussi appelé à la modestie.

En guise de clin d’œil, je suggère alors au gouvernement de s’inspirer de la sagesse de la tradition chrétienne et de tester une sorte de carême républicain. Faire silence d’abord : pour mieux écouter les Français, donner la parole aux citoyens, discerner les véritables enjeux.

Mettre l’accent sur la solidarité ensuite : pour jouer collectif au niveau de l’exécutif, pour faire place aux plus fragiles et aux plus pauvres de notre société, pour rassembler le pays et non le diviser. S’imposer une période de privations enfin : pour juguler la boulimie d’ambitions personnelles, modérer les appétits médiatiques et pratiquer le jeûne des effets d’annonce.

Se recentrer ainsi sur l’essentiel ne pourra que se révéler bénéfique pour le sommet de l’État. Dans l’espoir d’un renouveau pour le pays. À chacun son Carême !

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 2 août 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières