Les associations familiales catholiques accentuent l'effort d'explication à l'encontre du mariage homosexuel

agrandir Les associations familiales catholiques accentuent l'effort d'explication à l'encontre du mariage homosexuel
Les associations familiales catholiques accentuent l'effort d'explication à l'encontre du mariage homosexuel © D.R.
Les associations familiales catholiques accentuent l'effort d'explication à l'encontre du mariage homosexuel
Les associations familiales catholiques accentuent l'effort d'explication à l'encontre du mariage homosexuel © D.R.

Antoine Renard, président de la Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC), commente les résultats du sondage Ifop/Pèlerin sur le mariage homosexuel.

À propos de l'article

  • Créé le 29/05/2013
  • Modifié le 29/05/2013 à 13:00
  • Publié par :Timothée Duboc
  • Édité par :Caroline A. Chabir

■ Retrouver les résultats complet du sondage exclusif Ifop / Pèlerin : Ce que pensent les Français du "mariage pour tous"

Le président de la CNAFC explique les enjeux sociaux de l'adoption du projet de loi au Parlement sur le mariage homosexuel.

Une alternative au mariage

"Le pourcentage d’'adhésion à l'ouverture au mariage des personnes homosexuelles a diminué, passant de 65 % fin octobre à 60 % aujourd’'hui. Et 62% des Français sont favorables à une alternative au mariage qu’'offrirait une union civile : ces chiffres montrent bien que 60 à 62 % des Français pensent qu'’il faut offrir un cadre juridique plus fort que le Pacs aux personnes homosexuelles."

Un taux d'adoption inférieur à la demande

"46 % seulement des Français pensent que les couples homosexuels devraient avoir le droit d’'adopter. Ils étaient 52 % fin octobre 2012. Au fur et à mesure des prises de parole, les Français ont compris que l’'adoption - et plus encore la filiation - est un sujet extrêmement sérieux et que le nombre d’'enfants adoptables était très nettement inférieur aux demandes.

Je pense qu'’il s'’agit-là de la raison majeure du refus d’'adhésion à ce principe : cela diminuerait encore les chances d'’adopter pour les couples hétérosexuels."

Les enjeux profonds de la PMA

"Les Français saisissent les enjeux profonds de la PMA (nldr, procréation médicalement assistée) et la logique mécanique irréversible des enchaînements : de l’'ouverture au mariage et à l’'adoption, on passe aux bouleversements de la filiation, avant d’'en venir à l'’ouverture de la PMA aux couples de femmes mariées.

Or, chacun sait que la PMA ne sera pas accessible aux hommes. Dès lors, les gens commencent à deviner que le processus risque de conduire à la GPA (nldr, gestation pour autrui) , qui fait quasiment l’'objet d’'une réprobation générale. 

Si ce projet de loi est voté, le principe fondamental de la défense des plus faibles - l’'enfant en l’'occurrence - sera bafoué et l’'on ne disposera plus de réponses juridiques à opposer à ces questions, mais seulement des réponses morales, et cela sera alors beaucoup plus compliqué."

Redonner du sens au mariage

"Il faut poursuivre l’'effort d’'explication et le débat sur le sens donné au mariage. Sa pratique a évolué aujourd’'hui, il équivaut à la reconnaissance des sentiments plutôt qu’'à celle d'’un engagement.

Le manque d’'attention à cette signification risque d’'aboutir à une incompréhension des vrais enjeux du mariage civil et de ses implications sociales. On risque d’'aller vers une "privatisation du mariage", alors qu’'il est une institution."

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières