Erwan Le Morhedec, blogueur : "Un petit aperçu de ce que pourrait bien être le royaume de Dieu"

agrandir Erwan Le Morhedec, avocat, catholique, blogueur.
Erwan Le Morhedec, avocat, catholique, blogueur. © Illustration Hélène Builly / Photo : DR
Erwan Le Morhedec, avocat, catholique, blogueur.
Erwan Le Morhedec, avocat, catholique, blogueur. © Illustration Hélène Builly / Photo : DR

Pour Erwan Le Morhedec, blogueur, avocat et catholique, l'aventure à Lourdes a commencé un peu par hasard. Ce sont des amis qui l'ont invité à les rejoindre dans le cadre du Pèlerinage national. C’était en 1996.

À propos de l'article

  • Créé le 08/08/2013
  • Publié par :Dominique Lang
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6819-6820, du 8-15 août 2013.

« Nous encadrions alors des enfants âgés de 8 à 14 ans, dont certains portaient un handicap. Je suis venu à Lourdes avec des a priori pas très positifs. Le côté commercial me décourageait un peu. Mais, avec la démarche du "Pélé", je suis venu plus paisiblement.

Notre groupe entrait dans les sanctuaires du côté de la prairie, très loin du brouhaha de la ville et de ses commerces. Je sentais ainsi mieux en quoi l'espace des sanctuaires était à part, un lieu intime pour la foi. Comme un petit aperçu de ce que pourrait bien être le royaume de Dieu.

Je comprenais mieux de l'intérieur ce que pouvait être l'invitation de Jésus à être « dans » le monde mais sans être « du » monde.

Ce contact direct avec les personnes malades, c'est comme un vaccin contre une société qui exclut de plus en plus la fragilité humaine

Et puis, j'ai rencontré Paul, un petit garçon paralysé après un accident cardiaque. Aveugle, muet, ayant dû subir une trachéotomie et malgré tout cela, avec un sourire !

Une sacrée expérience de vie. Et c'est cela sans doute qui me touche beaucoup à Lourdes, ce contact direct avec les personnes malades. C'est comme un vaccin contre une société qui exclut de plus en plus la fragilité humaine.

Si j'ai quelques réserves personnelles avec les apparitions elles-mêmes - je suis sans doute trop rationaliste -, la figure de Bernadette me touche beaucoup.

Étonnant de noter que c'est toujours dans les milieux les plus humbles, les plus faibles que ces apparitions ont lieu.

Je laisse donc la question des apparitions dans cette part nécessaire du mystère chrétien où tout est possible pour Dieu. En vivant l'expérience du bain dans les piscines des sanctuaires, j'ai aussi vécu ce dépouillement commun qui nous est proposé dans ce lieu. Et devant le rocher de la grotte, je redécouvre que nous avons besoin de tout notre corps, de tous nos sens pour grandir dans la foi. » l

► Le blog d’Erwan Le Morhedec :  www.koztoujours.fr

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 2 août 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières