Un mois de prière et d'actions pour la protection de l'environnement

agrandir Une prière pour le respect de la Création que Dieu nous confie.
Une prière pour le respect de la Création que Dieu nous confie. © Daniel Tibi/ CC/ Wikipedia
Une prière pour le respect de la Création que Dieu nous confie.
Une prière pour le respect de la Création que Dieu nous confie. © Daniel Tibi/ CC/ Wikipedia

Du 1er septembre au 4 octobre 2012, fête de la saint François d'Assise, patron des écologistes, les chrétiens sont invités à "un Temps pour la création". L'occasion de prier et de multiplier les initiatives pour protéger l'environnement.

Pèlerins de la Terre

À propos de l'article

  • Modifié le 12/11/2015 à 17:07
  • Publié par :Dominique Lang
  • Édité par :Geoffrey Defebvre

La fin de l'été a été longtemps, dans les communautés chrétiennes du monde rural, l'occasion des prières pour les moissons et les fruits de la terre. Le souvenir des Rogations peut donc retrouver une nouvelle vigueur dans la prière qui se développe d'année en année, le 1er septembre, pour le respect de la Création que Dieu nous confie.

Vidéo. Pape François: "Ne jetons pas les personnes comme des déchets!". Source : Vaticanfr

 

À l'origine de l'opération qui en est à sa 7e édition, l'invitation vient d'abord du monde orthodoxe. C'est en effet le patriarche grec Bartholomée Ier qui a dédié cette date, qui ouvre l'année liturgique dans la tradition orientale, à cette cause vu les défis écologiques auxquels la planète est confrontée.

Vidéo. Le Cardinal Paul Poupard remet le prix de sa fondation à Sa Sainteté le Patriarche Œcuménique Bartholomée Ier. Source : Le Podcast Journal.

 

Chaque année, il publie à cette occasion un message pour sensibiliser les consciences à l'urgence morale d'agir pour défendre le don de Dieu qu'est la Création. Son message rappelle en 2012 qu'en priant " pour l'environnement naturel, nous prions aussi pour la repentance personnelle de nos actes - petits ou grands - qui contribuent à la défiguration et à la destruction de la Création ".

Du côté catholique, si des réseaux et certaines paroisses sont déjà actives, il reste encore du chemin à faire, au milieu d'un mois de septembre occupé d'abord par la reprise des activités familiales et paroissiales. Parmi les initiatives à découvrir, la lettre pastorale récente de la commission épiscopale italienne (texte en italien) s'occupant des questions sociales, du travail, de la justice et de la paix mérite d'être connue. Le document rappelle qu'il s'agit désormais de "soigner les plaies" d'une terre défigurée par la pollution et l'exploitation jusqu'à épuisement des ressources naturelles.

Il s'agit désormais de "soigner les plaies" d'une terre défigurée par la pollution et l'exploitation

L’'État italien lui-même prévoit de faire de la date du 9 octobre 2012 une "journée en mémoire des victimes des désastres environnementaux et industriels causés par les négligences humaines". Il faut dire que la date, évoquant la catastrophe du barrage de Vajont ayant fait près de 1900 victimes en 1963, a de quoi parler à la conscience italienne. Une démarche de l’État que les évêques italiens soutiennent dans leur document.

Une prise de conscience écologique et œcuménique

L'autre bonne nouvelle de ces prises de consciences en cours, est le terrain œœcuménique très favorable d'une telle réflexion commune. Les conclusions du dernier forum catholiques-orthodoxes qui s'est clôt en juin dernier à Lisbonne, a souligné qu' "il n'est plus possible de dilapider les ressources de la création, de polluer le milieu où nous vivons, comme nous le faisons. La vocation de l’'homme est d’'être le gardien et non le prédateur de la création.

La vocation de l’'homme est d’'être le gardien et non le prédateur de la création

Aujourd’hui, il faut prendre conscience de la dette que nous avons envers les générations futures auxquelles nous ne devons pas transmettre un environnement dégradé et invivable. Dans le monde globalisé qui est le nôtre, la main qui régente la vie des peuples ne doit pas être la main invisible de l'égoïsme individuel ou collectif, mais une politique de contrôle et de transparence des choix des acteurs sociaux et des États".

Du 1er septembre jusqu'au 4 octobre 2012, jour de la saint François d'Assise, patron des écologistes, les communautés chrétiennes sont donc invitées à multiplier les temps de prière, le choix d'homélies et la mise en place de formations ou d'actions autour des thématiques environnementales.

La canonisation prochaine de Kateri Tekakwitha, au cours de la prochaine journée mondiale missionnaire, le 21 octobre 2012, sera aussi l'occasion de souligner que le respect de la Création fait désormais pleinement partie des sujets importants de la doctrine sociale de l’Église catholique aujourd'hui.

Vidéo. Le peuple Innu prie sainte Kateri Tekakwitha. Source : Œuvre pontificale de la propagation de la foi (Canada).

 

Cette indienne de la tribu Mohawk, baptisée à l'âge de 20 ans après une belle conversion au Christ, a dédié sa vie à la prière et au service au sein de sa colonie indienne au Canada. Celle qui fut surnommée le "lys des Mohawks" est devenue au Canada la patronne de l'environnement et de l'écologie. Et elle est fêtée le 14 juillet. Une date facile à retenir...

► Sur le blog Églises & écologies, tenu par notre journaliste Dominique Lang, découvrez le message de Bartholomée Ier pour l'ouverture du "Temps pour la création".

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 11 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières