Mgr Matar, archevêque maronite de Beyrouth : "Au Liban, Benoît XVI va rappeler que chrétiens et musulmans doivent bâtir un avenir commun"

agrandir Mgr Matar, archevêque maronite de Beyrouth.
Mgr Matar, archevêque maronite de Beyrouth. © DR
Mgr Matar, archevêque maronite de Beyrouth.
Mgr Matar, archevêque maronite de Beyrouth. © DR

Durant son voyage au Liban du 14 au 16 septembre 2012, Benoît XVI doit rappeler aux chrétiens d'Orient leur mission dans une région où ils sont de plus en plus minoritaires. Mgr Paul Matar, archevêque maronite de Beyrouth, fait part de ses attentes.

La vie des chrétiens d'Irak aujourd'hui

À lire aussi

À propos de l'article

  • Créé le 28/11/2013
  • Publié par :Antoine d'Abbundo
  • Édité par :Marine Bisch
  • Publié dans Pèlerin
    6772, du 13 septembre 2012

"Ce voyage peut être annulé et repoussé jusqu'à la dernière minute, car le souci des responsables d'Église, comme des autorités libanaises, est d'éviter tout incident. Pas tellement, d'ailleurs, pour la sécurité du pape que pour celle des fidèles", souligne Pascal Gollnisch, directeur de l'Œuvre d'Orient.

Alors que les tensions s'accentuent dans le monde arabe, notamment en Syrie, la visite de Benoît XVI au Liban, du 14 au 16 septembre 2012, est très attendue. Pour son quatrième voyage au Moyen-Orient, le pape va redire aux chrétiens d'Orient tentés par l'exil le sens de leur présence et l'importance de construire une société juste et fraternelle. Aux musulmans, il devrait rappeler la nécessité de dialoguer et de vivre ensemble.

Au Liban comme ailleurs, les chrétiens ont une mission spéciale qui est d'être au service de la société. Les chrétiens dans la région, de par leur leur rôle prépondérant dans l'éducation, la santé, le travail de la promotion de la femme, l'accueil des handicapés, l'aide aux plus démunis ou dans le développement économique rural, ne connaissent ni le repli ni les discriminations qu'endurent leurs coreligionnaires des pays voisins.

"Parce qu'ils ont souvent un haut degré de formation, connaissent plusieurs langues, sont en rapport avec des diasporas, ils peuvent aider leurs pays respectifs à s'ouvrir sur le monde", conclut Pascal Gollnisch.

Interview
Pour Mgr Paul Matar, archevêque maronite de Beyrouth, le voyage de Benoît XVI est un signe d'attachement qui touche les Libanais.  

Pèlerin : Comment l’Église du Liban prépare-t-elle la venue du pape ?
Mgr Paul Matar : Le choix insistant de Benoît XVI de venir à Beyrouth constitue un signe évident d’attachement qui nous a beaucoup touchés. Depuis le 4 septembre, un cierge est allumé dans chaque maison et une neuvaine est organisée dans chaque église en attendant sa venue. Nous espérons que l’expérience des chrétiens libanais - dialogue avec les musulmans, participation à la société - pourra se généraliser au monde arabe. Le bien, dit un proverbe latin, se diffuse de lui-même…

Qu’attendez-vous de Benoît XVI ?
L’exhortation qu’il vient délivrer n’est pas un texte sorti de nulle part. Nombre de questions fondamentales ont été soulevées lors du synode des évêques d’Orient à Rome, en octobre 2010. En particulier la promotion d’une citoyenneté pleine et entière pour tous, y compris les chrétiens, et la liberté de conscience. J’espère que le Saint-Père nous dira au moins deux choses : premièrement, vous êtes appelés à vivre ici parmi vos frères, chrétiens comme musulmans, afin de bâtir un avenir commun ; deuxièmement, œuvrez sans relâche pour la justice et les droits fondamentaux.

Dans quel contexte intervient cette visite de Benoît XVI ?
À la différence de Jean-Paul II en 1997, le pape ne visite pas le Liban. Il vient s’adresser à tous les chrétiens du Proche-Orient à un moment de grande incertitude concernant leur avenir. En Égypte, les espoirs suscités par le printemps arabe ont été balayés par l’arrivée au pouvoir de partis islamistes. En Syrie, les combats font rage. Au Liban, nous en sommes toujours à panser les blessures de la guerre.

Exclusif. Grâce à notre partenariat avec la chaîne KTO, suivez en direct sur www.pelerin.info l'ensemble du voyage du pape Benoît XVI au Liban.

Infographie
La présence chrétienne et de catholique dans les pays du Moyen-Orient : Turquie, Syrie, Irak, Iran, Chypre, Liban, Israël, Égypte, Jordanie et territoires palestiniens.
Source : Œuvre d'Orient.

Infographie la répartition des chrétiens et des catholiques au Moyen-Orient


6772 Ce que le pape va dire aux chrétiens d'Orient

"Ce que le pape va dire aux chrétiens d'Orient", une enquête de huit pages à lire dans Pèlerin n °6772 du 13 septembre 2012

Attendu au Liban du 14 au 16 septembre, le pape doit rappeler aux chrétiens d'Orient le sens de leur présence dans une région où ils sont de plus en plus minoritaires. Rencontre avec des Libanais qui attendent beaucoup de ce voyage, le premier depuis le début du « printemps arabe ».

►  Trouvez Pèlerin chez le marchand de journaux le plus proche de chez vous (entrez "Pèlerin" puis votre adresse postale).

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières