Liban : les chrétiens d’Al-Qaa soudés face au terrorisme

...

Dernier village chrétien avant la Syrie, Al-Qaa, situé au nord-est du Liban, a été frappé fin juin par huit attentats-suicides commis par Daech, qui ont fait cinq morts & une trentaine de blessés. Depuis, ses 3 000 habitants, tous de tradition melkite, refusent de céder à la peur pour mieux continuer à vivre et s’organisent face à l’ennemi.

La vie des chrétiens d'Irak aujourd'hui

À propos de l'article

  • Publié par :Virginie Le Borgne
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6982 du 22 septembre 2016

DSC_5168

© Louis Witter

À la nuit tombée, des habitants d’Al-Qaa s’organisent en milices et passent des heures les yeux rivés sur les montagnes qui les séparent de la Syrie voisine.

L1026950

© Louis Witter

Au beau milieu de la salle communale, sous une chaleur écrasante, des femmes s’évanouissent, certaines jettent du riz et des roses lorsqu’elles ne hurlent pas de douleur, affalées sur les cercueils. Toutes pleurent la disparition d’un proche. En ce mercredi 29 juin 2016, les habitants d’Al-Qaa, rejoints par d’autres venus de Beyrouth, se recueillent lors des funérailles des cinq victimes des attentats commis par Daech deux jours auparavant. À l’extérieur, des centaines de militaires ont été déployés et quadrillent les moindres recoins de cette bourgade de trois mille âmes.


03

© Louis Witter

« Vous n’avez pas pris vos maillots de bain ? La piscine est pourtant l’endroit où nous restons de longues heures tous les après-midi ! » Au détour d’une ruelle perpendiculaire à l’artère principale, le bassin chloré réunit des dizaines de Qaaens en ce vendredi de juillet. Parties de baby-foot endiablées, enceintes crachant des remix tonitruants, éclats de rires… « Vous avez vu, la vie est normale ici », s’exclame Maher Rizk, propriétaire du café Banjakia, situé sur la place principale. Abu Anis George (au premier plan) et son ami ont échangé des tirs avec les terroristes le 27 juin.

Arborant fièrement son tatouage, ce natif d’Al-Qaa, âgé de 23 ans, partira en patrouille le soir venu. Si les milices sont principalement constituées d’habitants de ce village chrétien, d’autres Libanais en provenance de Beyrouth viennent également leur prêter main-forte, un ou deux jours par semaine.


DSC_5043

© Louis Witter

Flacons de parfums imitant les grandes marques, lunettes de soleil de contrefaçon, cahiers et jouets pour enfants… les étagères de la boutique de Rony Rizk regorgent d’objets en tout genre. Lorsqu’il n’est pas en service, ce militaire de 27 ans en poste à Hermel (au nord de la plaine de la Bekaa) se rend chaque fin d’après-midi dans son magasin situé au centre d’Al-Qaa. Les affaires continuent…

25

© Louis Witter

Plusieurs soirs par semaine, Rony Rizk quitte son magasin et patrouille aux alentours du village, seul ou en équipe. Des heures durant, armé d’une kalachnikov et équipé d’un puissant spot, il traque au volant de sa voiture d’éventuels combattants de Daech cherchant à s’infiltrer à travers champs. Lorsque le jour point, vers 5 h 30, il s’en va savourer les melons qu’il cultive puis part chasser les cailles et les fauvettes à tête noire.


17

© Louis Witter

« Vivre à Al-Qaa est la meilleure des vies possibles ! » se réjouit Mtonanous Mattar. À 85 ans, cet ancien agriculteur avoue avec fierté n’avoir jamais eu peur de sa vie. « Il faut rester en dehors de toutes ces histoires d’attentats », estime-t-il avant de nuancer : « La communauté chrétienne a toujours été menacée au Liban mais là, c’est de pire en pire. »


09

© Louis Witter

Une fleur ou une bougie à la main, les habitants d’Al-Qaa se sont réunis le 19 juillet pour célébrer saint Élie. Les chanteuses locales ont été rejointes par des personnalités politiques qui ont apporté leur soutien au village. « Nous allons arrêter tous les terroristes », a lancé le maire, Bachir Mattar, devant un parterre de citoyens attentifs. Pour sa part, le P. Elian Nasrallah, curé de la paroisse melkite, regrette un temps révolu où, dit-il, « il y avait beaucoup de vie à Al-Qaa ». La communauté chrétienne s’y est réduite, nombre de familles ayant fui en raison de l’insécurité. Au Liban, on dénombre aujourd’hui 200 000 chrétiens de tradition melkite.


DSC_5130

© Louis Witter

Jad, responsable du mouvement musulman chiite Hezbollah dans la région, ennemi de Daech, surveille lui aussi la frontière syrienne. Il se rend régulièrement dans une maison perchée sur les hauteurs pour effectuer des patrouilles. Les villages situés autour d’Al-Qaa sont presque tous musulmans et se protègent aussi des terroristes de l’État islamique.


L1027537

© Louis Witter

À Masharih Al-Qaa, vaste zone située entre le village d’Al-Qaa et la frontière syrienne, 30 000 réfugiés syriens ayant fui la guerre civile et les exactions de Daech sont regroupés dans des camps de fortune. Chaque jour, par solidarité, Hseim (en haut à droite), villageois d’Al-Qaa, va y chercher une centaine d’enfants démunis pour les emmener suivre des cours à l’école de sa commune.


Le photographe

photographe

Louis Witter, 21 ans, est photo reporter, membre du Studio Hans Lucas. Pendant ses études de journalisme à Paris, il réalise des reportages en France, en Ukraine, suit l’arrivée massive des réfugiés en Serbie, puis se rend en Irak au plus près des combattants kurdes. Après un premier séjour au Maroc, il choisit de passer quatre mois au Liban, « dans la chaleur et la moiteur de ce pays aussi passionnant qu’incompréhensible ».
http://www.louiswitter.com

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières