P. Paolo Dall’'Oglio : "La parole se libère en Syrie"

agrandir La parole se libère en Syrie.
La parole se libère en Syrie. © P. Razzo/CIRIC
La parole se libère en Syrie.
La parole se libère en Syrie. © P. Razzo/CIRIC

Le père Paolo Dall'Oglio, 57 ans, qui vit en Syrie depuis 1982, a fondé la communauté de Mar Mousa, qui œœuvre « à l'harmonie islamo-chrétienne » et vient de publier un texte pour sortir de la crise. 

La vie des chrétiens d'Irak aujourd'hui

À propos de l'article

  • Créé le 30/07/2013
  • Publié par :Luc Balbont
  • Édité par :Luc Balbont
  • Publié dans Pèlerin
    6715

Le père Paolo Dall'Oglio, 57 ans, vit en Syrie depuis près de trente ans. Au nord de Damas, dans les montagnes, il a restauré un monastère du XIe siècle pour y fonder la communauté de Mar Mousa, qui travaille « à l'harmonie islamo-chrétienne ». Ce jésuite italien vient de publier un texte appelant à la construction d'une véritable démocratie.

Pèlerin : Pour quelle raison venez-vous de publier une contribution intitulée Démocratie consensuelle pour l’'unité nationale ?
Père Paolo Dall'Oglio : Chaque jour, des gens meurent dans les rues. Nous ne pouvions pas rester muets. J'ai travaillé ce texte avec une dizaine de personnes de la communauté et des laïcs proches de nous, chrétiens et musulmans, d'opinions très diverses. Il y avait un avocat, un diplomate, un journaliste...

Une partie du groupe défendait une transition en douceur, l'autre se déclarait pour un départ immédiat du président Al-Assad. Mais nous avions tous le désir de proposer une solution pour sortir de la violence.

Que proposez-vous ?
Je qualifie ce texte de petit manuel d'espérance. En huit pages, nous proposons un système pour amener la Syrie vers une démocratie parlementaire. Car la démocratie est la seule voie possible pour mettre un terme à ce bain de sang et faire respecter les droits de l'homme, qui sont universels : tous, que nous soyons d'Orient ou d'Occident, nous nous retrouvons dans cette idée humaniste.

Nous pensons qu'il faudrait deux chambres avec un président élu par les députés pour une durée déterminée (trois, cinq ou sept ans). Notre texte est très pédagogique, car nous voulons être compris par tous les Syriens afin qu'ils nous rejoignent. Ce n'est pas si évident, ici, de rappeler ce qu'est une véritable démocratie ni pourquoi nous ne devons pas sombrer dans le système des clans, comme au Liban voisin.

Qu'’allez-vous faire de ce texte ?
Nous l'avons déjà traduit en plusieurs langues, notamment en français, et mis en ligne sur notre site. Puis nous l'avons envoyé aux autorités à Damas. Nous attendons leurs réactions.

Avez-vous peur ?
La peur, nous la ressentions avant. Les événements présents, aussi dramatiques qu'ils soient, nous en ont débarrassés. La parole se libère.

Dans ce mouvement de révolte, les chrétiens paraissent bien absents…
Le régime a tellement martelé que, sans lui, ils seraient aux mains des islamistes ! Beaucoup n'osent donc pas s'engager. Pourtant, peu à peu, la communauté change d'état d'esprit. À Mar Mousa, nous réclamons un changement, tout en refusant la violence.

■ "La démocratie consensuelle, pour l'unité nationale" : sur le site du monastère Mar Mousa, le texte intégral du Père Paolo Dall'Oglio, qui se veut "un apport" en faveur du dialogue, "qui s’ajoute à la prière et au jeûne" pour "échapper à la logique de l’effusion de sang et du cercle des vengeances".
► Vidéo. Interview du Père Dall'Oglio, par La Croix en 2009, sur la façon dont il vit aujourd'hui le dialogue islamo-chrétien et son espoir pour les chrétiens au Proche-Orient.

 
P. Paolo Dall'Oglio, le défricheur de Mar Moussa par la-croix

Aperçu Dall'Oglio

Texte intégral (double page) à lire dans Pèlerin n°6715 du jeudi 11 août 2011.

Trouvez Pèlerin chez le marchand de journaux le plus proche de chez vous (entrez "Pèlerin" puis votre adresse postale)."

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières