Sœur Marie Stella et "Vivre dans l'Espérance", le livre de son combat

agrandir Soeur Marie Stella au quotidien, à Dapaong, au Togo.
Soeur Marie Stella au quotidien, à Dapaong, au Togo. © Frédéric Sautereau
Soeur Marie Stella au quotidien, à Dapaong, au Togo.
Soeur Marie Stella au quotidien, à Dapaong, au Togo. © Frédéric Sautereau

La religieuse togolaise, de passage en France, présente Vivre dans l’Espérance (Ed. Bayard), l’ouvrage qui raconte son parcours et la création de l’association du même nom en faveur des orphelins du sida

À propos de l'article

  • Créé le 07/10/2013
  • Publié par :Sophie Laurant
  • Édité par :Estelle Couvercelle

« Merci les amis, c’est grâce à votre solidarité que Vivre dans l’Espérance a pu avancer », a salué Sœur Marie Stella, jeudi 3 octobre 2013, à Paris, face à une salle de quatre-vingt « fans » venus à la présentation de son livre, qui vient de paraître aux éditions Bayard.

Elle a ému son public en présentant l’action de son association, à Dapaong, au nord du Togo, envers 1 500 orphelins dont les parents sont décédés du sida, et envers 1 400 malades.

Notre plus beau cadeau, c’est lorsque des jeunes que nous avons élevés, commencent à nous aider à leur tour.

La religieuse africaine a insisté sur les aspects éducatifs : « Nous voulons assurer une formation professionnelle et un métier à chacun d’entre eux, afin qu’ils deviennent indépendants. Notre plus beau cadeau, c’est lorsque des jeunes que nous avons élevés, commencent à nous aider à leur tour. »

Sœur Marie Stella a pris en exemple l’histoire -développée dans le livre - de la petite Grâce Teresa, le dernier bébé orphelin pris en charge par l’association. Rosalie, une maman séropositive a accepté de l’élever.

Une marraine française paie son lait artificiel (ce qui coûte très cher pour les Togolais), les enfants de l’association jouent avec elle… Toute une chaîne de solidarité se met en place pour que l’enfant se sente accueillie et que le drame qu’elle a vécu soit compensé dans la chaleur de cette grande « famille adoptive » où elle va grandir.

Puis la religieuse a présenté tour à tour, les représentants des associations françaises qui la soutiennent : Apprentis d’Auteuil, Yendouboame, Maminous, L’accacia et le Néré.

La soirée, très conviviale s’est achevée par une très longue séance de signatures, chacun voulant une dédicace de la main de Marie Stella !

Le midi, elle avait déjà répondu aux questions d’une trentaine de salariés du groupe Bayard, le 19 octobre 2013, elle sera à Alès, le 21 octobre 2013 à Nîmes.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 6 décembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières