Père Lataste : de la prison à la chapelle

agrandir La chapelle rénovée du Père Lataste à Montferrand-le-Château (Doubs).
La chapelle rénovée du Père Lataste à Montferrand-le-Château (Doubs). © François Diot
La chapelle rénovée du Père Lataste à Montferrand-le-Château (Doubs).
La chapelle rénovée du Père Lataste à Montferrand-le-Château (Doubs). © François Diot

Entre le Père Lataste, dominicain, et l'artiste Jean-Marc Cerino, une connivence : la prison. Connivence saisie par les sœurs de Béthanie, des femmes venues d’horizons divers, y compris la prison et la prostitution. J.-M. Cerino a restauré la chapelle où repose leur fondateur, à Montferrand-le-Château (Doubs).

Le Père Lataste, dominicain, sera béatifié le 3 juin à Besançon (Doubs). Il fut “l’apôtre des prisons”, depuis sa prédication aux détenues de Cadillac (Gironde) en 1864.
 
"Mes chères sœurs". Ses premiers mots bouleversent leur cœur et leur vie. Bouleversé à son tour par les démarches intérieures des détenues, le P. Lataste met toute son énergie à fonder une communauté où, à leur sortie de prison, elles pourraient être pleinement religieuses, chose impensable à l’époque.

La famille dominicaine de Béthanie s’est depuis étendue à travers le monde, jusqu’à créer une fraternité parmi les détenus de Norfolk (USA). Dans la chapelle qu'il a rénovée à Montferrand-le-Château, l'artiste Jean-Marc Cerino a sollicité et repris les autoportraits de sœurs et de détenus pour les mêler à ceux qui viennent prier.

"A Béthanie, le rapport d'horizontalité se retrouve dans les trois pièces : la tombe du père Lataste au même niveau que le sol, le vitrail de Marie-Madeleine posé au sol, les figures de fragilités posées sur une même barre", explique Jean-Marc Cerino. (1' mn)


Béthanie s’enracine dans la figure de Marie-Madeleine, ancienne pécheresse convertie. Elle se présente ici dans un vitrail créé par l’artiste.

"En venant admirer le vitrail de Marie-Madeleine, chacune des personnes, les détenus, les prostituées..., se dit : 'elle est comme nous' ", analysent sœur Marie de Lourdes (photo) et sœur Magdeleine. (36' sec)


"Dieu a tellement pardonné à Marie-Madeleine qu'elle a retrouvé son enfance et sa pureté", remarque sœur Marie-Paul de Jésus. (28' sec)

Au centre, la tombe. "Au même niveau et de même texture que le sol". J.-M. Cerino, tout comme les sœurs, insiste sur ce niveau d’égalité que le P. Lataste a souhaité vivre et établir dans sa “famille“.

Appartenant à l’art contemporain autant qu’à Béthanie, la chapelle se laisse ici découvrir dans les propos de l’artiste et des sœurs.

"Même si elle n'a pas de tabernacle ni de croix, la chapelle est habitée par Dieu et par le Père Lataste. Pour moi, tout Béthanie est là", confie sœur Magdeleine de Notre-Dame. (56' sec)


► Sur le site dédié à l'événement, découvrez le programme de la journée de béatification du Père Lataste.

Photo François Diot

Né en 1963, François Diot, dominicain, réside au couvent de La Tourette (Rhône).

Investi dans le journalisme puis dans la création culturelle, il franchit en 2009 le pas d'une démarche artistique personnelle.

Sa création photographique porte principalement sur le mouvement dans des atmosphères de clair-obscur. Il porte ainsi son regard sur des réalités humaines et sociales en mouvement, telles que la situation des demandeurs d’asile (série “Les vivants”).

L’œuvre de Le Corbusier dans laquelle il vit nourrit également son regard sur diverses architectures et leurs habitants.

► Son site : www.orphos.fr

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 11 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières