" Laudato si ", le fruit mûr de 40 années de réflexion

L’invitation écologique du pape François n’est pas une nouveauté mais une confirmation. Après le Concile Vatican II, les chrétiens ont été invités à entrer davantage en dialogue avec le monde de leur temps pour y lire les " signes des temps ". Quarante années qui ressemblèrent à une marche au désert pour certains, mais qui ont permis à la doctrine sociale de l’Église–- rassemblant ses réflexions sur la dignité humaine, la paix dans le monde, la défense des biens communs- de s’enrichir d’une nouvelle dimension. 

À propos de l'article

  • Créé le 17/06/2015
  • Publié par :Dominique Lang
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6916, du 18 juin 2015

Pie XII, Message de Noël, 1956.


La croyance erronée qui fait reposer le salut dans un progrès toujours croissant de la production sociale est une superstition.


Barbara Ward, juillet 1968

L’économiste catholique anglaise Barbara Ward s’adresse à la quatrième assemblée du Conseil œcuménique des Églises, rassemblé à Upsala (Suède).


 Nous vivons encore comme si les grandes obligations de l’humanité s’arrêtaient court sur les plages de l’océan, sur les crêtes des montagnes.


Paul VI, le 16 novembre 1970.

Au cours de son discours à la FAO, à Rome, le pape invite la communauté internationale à se mobiliser face à la crise écologique émergente.

 Déjà nous voyons se vicier l’air que nous respirons, se dégrader l’eau que nous buvons, se polluer les rivières, les lacs voire les océans, jusqu’à faire craindre une véritable mort biologique dans un avenir rapproché, si des mesures énergiques ne sont sans retard courageusement adoptées et sévèrement mises en œuvre.



Jean-Paul II, le 29 novembre 1979

Une année après son élection, le pape polonais émet une « bulle » papale pour faire de saint François le patron des écologistes.

Par notre Lettre et à perpétuité, nous proclamons saint François d’Assise “patron céleste des écologistes”, avec tous les honneurs et les privilèges liturgiques inhérents.


Les évêques d’Amazonie, 1990

Dans leur lettre pastorale, les évêques dénoncent le génocide silencieux commis contre leurs peuples.

Au nom d’un douteux progrès et d’un développement mal compris, on est en train de détruire la forêt millénaire et de porter un coup fatal aux peuples de la forêt. Au nom de Jésus Christ qui s’est manifesté comme celui qui est venu “pour que tous aient la vie, et l’aient en abondance” (Jn 10,10), nous lançons un cri et un vigoureux “non” à tous ceux qui font des projets de mort et agissent au détriment de la vie, agressant la nature amazonienne et, en conséquence, détruisent la vie.


Mgr René Coste, juin 1991, 

Collectif, Sauvegarde et gérance de la Création, Desclée, 290 p.

Avec des militants de Pax Christi- France, Mgr Coste a œuvré de longue date à sensibiliser l’Église de France aux défis écologiques.

La théologie de l’écologie (…) peut susciter un renouvellement en profondeur de la théologie de la Création.


Mgr Renato Martino, 1992

Le délégué du Saint-Siège intervient à la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement à Rio de Janeiro.

Les êtres humains sont appelés à entrer dans une solidarité de dimension universelle, une fraternité cosmique.


Cardinal Etchegaray, 2002.

Intervenant dans un symposium sur le sujet, le cardinal béarnais souligne le caractère moral du défi écologique.

L‘écologie n’est pas une mode, un courant politique ;  elle est une exigence éthique, un impératif moral qui presse l’humanité à assumer ses propres responsabilités.


Jean Paul et Bartholomée Ier, 10 juin 2002

Dans « L’appel de Venise », ces deux grandes figures soulignent la dimension forcément œcuménique de la mobilisation des chrétiens sur ce sujet.

Le monde créé par Dieu possède d'incroyables pouvoirs de guérison. En une seule génération, nous pourrions guider la terre vers l'avenir de nos enfants. Faisons en sorte que cette génération commence maintenant, avec l'aide et la bénédiction de Dieu !


Benoît XVI, 29 juin 2009

Encyclique Caritas in Veritate

Entre écologie humaine et développement humain intégral, le pape Benoît XVI fait clairement entrer le sujet de l’environnement dans le champ de la doctrine sociale de l’Église.

La façon dont l’homme traite l’environnement influence les modalités avec lesquelles il se traite lui-même et réciproquement. C’est pourquoi la société actuelle doit réellement reconsidérer son style de vie.


Évêques de France, avril 2012.

Enjeux et défis écologiques pour l’Église, Bayard-Cerf-Fleurus-Mame, 80 p., 3 €.

Les évêques de France invitent leurs communautés à devenir plus écoresponsables.

Aimer l'humanité, c'est aussi aimer la terre. Tous les êtres sont nés sur une même terre, terre mère, terre nourricière. Une même destinée, une même solidarité les unit. Cette solidarité est au cœur de la question écologique.


Aglaë Dehondt, novembre 2012.

Cette jeune maman et membre active de « Chrétiens et écologie dans le Loiret » témoigne des prises de conscience en cours.

Le scoutisme et les voyages ont été le terreau de ma prise de conscience écologique. (…) Des concepts comme simplicité volontaire, sobriété heureuse, font écho en moi aux valeurs évangéliques ou à la spiritualité de saint François.


afficheFullPage.jspz

A lire dans Pèlerin n°6916, du 18 juin 2015, l'enquête de la rédaction "Un printemps écologique pour l'Eglise"

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières