La fin de vie : une pièce de théâtre et un film pour en parler

agrandir Sur les planches pour "Amédée", Vincent Joncquez (le médecin) et Benjamin Wangermée (Amédée).
Sur les planches pour "Amédée", Vincent Joncquez (le médecin) et Benjamin Wangermée (Amédée). © D. R.
Sur les planches pour "Amédée", Vincent Joncquez (le médecin) et Benjamin Wangermée (Amédée).
Sur les planches pour "Amédée", Vincent Joncquez (le médecin) et Benjamin Wangermée (Amédée). © D. R.

Une pièce de théâtre et un film abordent, chacun à leur façon, la fin de vie. L'art pour aider à prendre du recul.

À propos de l'article

  • Créé le 02/10/2013
  • Publié par :Marie-Christine Vidal
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    6827, du 3 octobre 2013

Faut-il légaliser le suicide assisté ? De cette délicate question, les experts du Comité consultatif national d'éthique se sont emparés. Ils devraient rendre un avis d'ici à la fin de l'année.

Pourquoi ne pas leur suggérer de nourrir leur réflexion par deux détours : l'un au théâtre, l'autre au cinéma ?

Sur les planches du Théâtre 13, à Paris, Amédée raconte l'histoire d'un jeune homme devenu hémiplégique après un accident et qui demande à sa mère de l'aider à mourir.

Les médias traitent la fin de vie de façon binaire, avec les bons d'un côté, et les méchants de l'autre.


Toute ressemblance avec l'affaire Vincent Humbert, disparu en 2003, est volontaire. L'auteur et metteur en scène, Côme de Bellescize, 33 ans, explique : « Les médias traitent la fin de vie de façon binaire, avec les bons d'un côté, et les méchants de l'autre. Le théâtre me semble être un outil pour aider le spectateur à explorer la complexité du sujet. »

Dans une mise en scène pleine de surprises, le spectateur est, de fait, saisi par la question. « Mon but n'est pas de montrer au public où est la vérité, poursuit l'auteur, mais de faire confiance à son intelligence. Et de l'amener à se laisser déplacer. »

Et si les artistes étaient mieux outillés pour parler de ces questions délicates que tous les spécialistes réunis ? 

Une posture qui séduit le docteur Sylvain Pourchet, chef de service en soins palliatifs à l'hôpital Paul-Brousse, à Villejuif (Val-de-Marne) : « Cette pièce raconte l'histoire d'humains qui, dans une situation inouïe, font ce qu'ils peuvent. Il n'y en a pas un qui a raison et l'autre qui a tort. C'est ce que nous observons en soins palliatifs. »

► Vidéo. La bande annonce du film Miele.

 
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Le spectateur peut poursuivre sa réflexion au cinéma, avec le beau film italien Miele. L'histoire d'une jeune fille qui pratique des euthanasies clandestines. Jusqu'au jour où un de ses « clients » l'amène à se remettre en cause.

Ce film, selon un infirmier en service de soins palliatifs, aborde de façon juste la complexité de la situation des soignants. « Et si, comme le suggère Sylvain Pourchet, les artistes étaient mieux outillés pour parler de ces questions délicates que tous les spécialistes réunis ? »


► Amédée jusqu’au 13 octobre (tél. : 01 45 88 62 22) et au théâtre de l’Ouest parisien (Boulogne-Billancourt, tél. : 01 46 03 60 44), les 26 et 27 novembre 2013. http://www.theatre13.com/saison/spectacle/amedee

Miele, en salles, depuis le 25 septembre 2013.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 4 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières