« La famille, c’est l’opéra autant que la musique pop ! »

agrandir Pour Helen et Philip, la famille "est un lieu d’entraide intergénérationnelle précieux".
Pour Helen et Philip, la famille "est un lieu d’entraide intergénérationnelle précieux". © Gwénola De Coutard
Pour Helen et Philip, la famille "est un lieu d’entraide intergénérationnelle précieux".
Pour Helen et Philip, la famille "est un lieu d’entraide intergénérationnelle précieux". © Gwénola De Coutard

Pour Helen et Philip, chrétiens de confession anglicane, la famille se définit comme une communauté, qui peut dépasser les liens biologiques.

À propos de l'article

  • Créé le 16/10/2015
  • Publié par :Gwénola de Coutard
  • Édité par :Aude Loyer-Hascoët
  • Publié dans Pèlerin
    17 octobre 2015

 Assis au pied des colonnades du Bernin, face à la basilique Saint- Pierre, Philip et Helen, deux Anglais de 44 ans « et 23 ans de mariage ! », s’enlacent avec des sourires rayonnants. Ce week-end, ils ont laissé leurs deux adolescents à leur grand-mère, pour passer trois jours en amoureux à Rome.

« La famille, c’est un lieu d’entraide intergénérationnelle précieux. Idéalement, les liens entre les personnes sont biologiques, mais on voit bien aujourd’hui qu’une famille peut être plus large que cela : les familles « par choix », recomposées, ou homoparentales, en sont l’exemple », soulignent-ils.

La famille comme une communauté

Ce qu’ Helen, dans un éclat de rire, résume en une formule : « la famille, c’est l’opéra autant que la musique pop ! Il y a un idéal de perfection, mais aussi une réalité accessible pour tous, malgré les aléas de la vie. Car être une famille, c’est d’abord être une communauté. »

Anglicans très engagés dans leur foi –ils suivent tous deux des études de théologie qui les mèneront à la prêtrise et au diaconat, ouverts aux femmes dans l’Église anglicane- ils n’oublient pas l’aide qu’ils ont reçue, par exemple, de la part de leurs parents et de membres de leur paroisse, l’an dernier, lorsque leur fille de 16 ans, harcelée à l’école, a traversé une dépression.

« Mes parents ont joué à merveille leur rôle de grands-parents et ont réussi à lui redonner confiance en elle avec des mots que je n’aurais sans doute pas trouvés moi-même, assure Helen. Et nous avons reçu beaucoup de SMS de soutien. »

Encourager l'Église à s'ouvrir

Dès lors, pour eux, « l’Église du Christ se doit d’être une famille, particulièrement pour tous ceux qui sont seuls : orphelins, personnes âgées, réfugiés… »

Ils savent que les évêques catholiques sont en ce moment réunis en synode pour réfléchir aux questions familiales, et voudraient les encourager à l’ouverture envers toutes les situations « irrégulières ».

« Avoir peur que tout l’édifice de la doctrine ne s’effondre, c’est très humain », reconnaît Philip. « Mais c’est en se demandant si Dieu ne nous dit pas quelque chose de plus aujourd’hui, que nous ferons grandir l’Église ! » estiment ces deux admirateurs du pape François : 

un homme qui met ses paroles en actes.

   

► Retrouvez également sur notre site les portraits réalisés par nos envoyés spéciaux pendant la première semaine du synode

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières