"En Chine, la vie de famille n'est pas facile"

agrandir Karl Zheng Gao, 26 ans, originaire de Zibo, dans la province de Shandong, à l'est de la Chine, place Saint-Pierre de Rome, le dimanche 4 octobre 2015.
Karl Zheng Gao, 26 ans, originaire de Zibo, dans la province de Shandong, à l'est de la Chine, place Saint-Pierre de Rome, le dimanche 4 octobre 2015. © Mikael Corre
Karl Zheng Gao, 26 ans, originaire de Zibo, dans la province de Shandong, à l'est de la Chine, place Saint-Pierre de Rome, le dimanche 4 octobre 2015.
Karl Zheng Gao, 26 ans, originaire de Zibo, dans la province de Shandong, à l'est de la Chine, place Saint-Pierre de Rome, le dimanche 4 octobre 2015. © Mikael Corre

Karl Zheng Gao, touriste chinois de 26 ans, qui assistait « par accident » à la messe d'inauguration du Synode, témoigne des difficultés de la famille dans son pays.

À propos de l'article

  • Créé le 06/10/2015
  • Publié par :Mikael Corre
  • Édité par :Estelle Couvercelle

« C'est le pape, là, sur l'écran ? Waouh, c'est génial ! » Devant la basilique Saint-Pierre, Karl Zheng Gao, 26 ans, suit « par accident », depuis le parvis de la basilique, la retransmission en direct de la messe d'ouverture de la XIVe Assemblée ordinaire du Synode des évêques.

Originaire de Zibo, dans la province de Shan Dong, à l'est de la Chine, ce jeune Chinois au polo vert, appareil photo en bandoulière, ne savait pas que s'ouvrait à Rome, ce dimanche 4 octobre 2015, cette assemblée consacré à la famille.

Il est venu visiter Rome avec sa compagne, Sophia Wang. « Nous allons nous marier dans deux semaines, alors bien sûr, c'est un thème qui me parle », s'enthousiasme ce jeune artiste en céramique. « La famille est une protection contre la solitude ».

Il compare :

Pour moi, la famille est un jardin. Il faut en prendre soin, l'entretenir chaque jour, l'arroser pour qu'il puisse fleurir et rester beau. 

Accoudé à l'une des barrières séparant du reste de la place Saint-Pierre les fidèles suivant la messe sur les écrans, Karl Zheng Gao témoigne de la situation de la famille dans son pays.

« En Chine, la vie de famille n'est pas facile. Beaucoup de gens ne se marient non par amour, mais simplement pour poursuivre la lignée, ou pour des raisons matérielles, en cherchant une compagne ou un compagnon riche. »

Karl Zheng Gao n'est pas chrétien, mais a suivi des cours durant six ans dans une église officielle (NDRL : en Chine, pays qui n'entretient pas de relations diplomatiques avec le Vatican, coexistent une Eglise catholique dite « officielle », où prêtres et évêques sont nommés par l'Etat communiste, et une Eglise dite « souterraine », victime de persécutions).

« Je ne suis pas baptisé, mais cela m'a permis de mieux comprendre votre religion. Je trouve que l'Eglise donne une définition claire du rôle d'une femme et de celui d'un homme, c'est important. Lorsque ces rôles sont mal définis, cela engendre des disputes dans les couples. »

De plus, Karl Zheng Gao constate que « autour de moi, mes amis chrétiens ont très souvent de très belles familles ! »

Dans l'avenir, il souhaite se marier et avoir de nombreux enfants.


L'éducation des enfants est également compliquée en Chine et soumise à une énorme pression. Vu les horaires de travail, dans la journée, les pères n'ont pas assez de temps à passer avec leurs enfants

→ regrette le jeune homme.

Il se réjouit des discussions en cours entre le Vatican et son pays. « J'aimerais beaucoup que le pape vienne en Chine. J'ai vu les foules qui l'ont accueilli à Cuba, j'imagine ce que ça donnerait chez nous ! »

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 11 octobre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières