Virginie Ledoyen : “La question de la foi me passionne”

agrandir Virginie Ledoyen :  “La question de la foi me passionne”
© DR
Virginie Ledoyen :  “La question de la foi me passionne”
© DR

En confidences

À propos de l'article

  • Créé le 04/12/2018
  • Publié par :Laurent Djian
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    7097 du 6 décembre 2018

Une bonne raison de vous lever chaque matin ?
Boire un café, finir un livre, câliner mes enfants qui se réveillent, partir sur un tournage… Me lever me met en joie. Ce qui vous rend meilleure ? Les autres. Ils m'ouvrent des horizons, me permettent d'avoir une approche différente du monde.

Ce qui vous rend meilleure ?
Les autres. Ils m'ouvrent des horizons, me permettent d'avoir une approche différente du monde.

Ce qui vous met en colère ?
L'uniformisation d'une société qui impose un mode de pensée sans respecter la singularité et la personnalité de chacun.

Ce qui vous fait peur ?
La guerre m'effraie au plus haut point. La lecture du Journal d'Anne Frank m'a profondément marquée.

Votre remède contre la déprime ?
Lire dans un bain moussant. Regarder un feu de cheminée m'apaise aussi.

Un geste d'amour ?
Donner son entière confiance à l'autre.

Quelle faute pardonnez-vous aisément ?
La mauvaise humeur et la mauvaise foi.

Ce que vous aimeriez changer en vous ?
Mon impulsivité.

Si vous deviez exercer un autre métier, ce serait ?
Avocate, ou juge pour enfants, pour réparer des injustices qui me choquent.

Quel est votre talent caché ?
Je bricole bien. Mon sens pratique me permet de monter meubles et étagères en très peu de temps.

Votre film culte ?
Le petit soldat (1963), de Jean-Luc Godard.

La musique qui vous fait vibrer ?
J'écoute peu de classique, mais le prélude de Bach me remue plus que tout autre morceau.

Que reste-t-il en vous de l'enfant que vous étiez ?
Ma vitalité.

Quel est votre objet chéri ?
Un galet de bois rond, offert par une amie.

Si vous aviez une baguette magique, quel rêve réaliseriez-vous ?
Je vaporiserais un parfum de joie sur notre planète qui en a bien besoin.

Vous avez un rendez-vous de cinq minutes avec le pape François. Quel sujet abordez-vous ?
Celui, très épineux, de la pédophilie. Je me félicite que l'Église se batte aujourd'hui pour vaincre ce fléau. Mais était-elle au courant depuis longtemps ? Et comment éviter que cela ne se reproduise ?

Pour vous, Jésus, c'est…
Le symbole de la figure sacrificielle.

Vous rencontrez Dieu en vrai. Qu'aimeriez-vous qu'il vous dise ?
En 2010, j'ai réalisé un documentaire, titré Au nom du Père. J'ai interrogé, au Collège des Bernardins, à Paris, de jeunes séminaristes s'apprêtant à devenir prêtres. J'ai essayé de comprendre ce qui les guidait, ce qui les motivait à donner leur vie aux autres. Je ne suis pas croyante, mais la question de la foi me passionne et m'intrigue. Je serais curieuse, et honorée, de connaître le point de vue de Dieu sur ce sujet.




Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 6 décembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières