Christine Ockrent : "Je ne prie sans doute pas assez"

agrandir Christine Ockrent : "Je ne prie sans doute pas assez"
© Eric Garault/Pascoandco
Christine Ockrent : "Je ne prie sans doute pas assez"
© Eric Garault/Pascoandco

Habituée des Grosses têtes, sur RTL, l’ex-reine du journal télévisé s’intéresse, dans son dernier livre-enquête, aux États-Unis, et à Donald Trump, son 45e président depuis le 20 janvier 2017.

En confidences

À propos de l'article

  • Publié par :Propos recueillis par Nicolas Ponse
  • Édité par :Laurence Faure
  • Publié dans Pèlerin
    Numéro 6999 du Jeudi 19 janvier 2017

Une bonne raison de vous lever chaque matin ?

Contempler le ciel, la lumière du jour, où que je me trouve.

Ce qui vous rend meilleure ?

La pratique du sport (ski et course à pied), indispensable à mon équilibre.

Ce que vous aimeriez changer en vous ?

Avoir quelques années de moins…

Quel est votre talent caché ?

Je chante en famille. Jacques Brel et Guy Béart font partie de mon répertoire.

Que trouve-t-on sur votre table de chevet ?

Une télécommande. Je suis accro aux chaînes d’info en continu, françaises et étrangères.

Que reste-t-il en vous de l’enfant que vous étiez ?

L’amour. Celui des autres, de mes proches.

Si vous aviez une baguette magique, quel rêve réaliseriez-vous ?

Posséder un voilier, car j’adore la navigation.


Quelle faute pardonnez-vous aisément ? L’entêtement. Cela peut être une qualité, notamment dans le métier de journaliste.

Vous avez un rendez-vous de cinq minutes avec le pape François. Quel sujet abordez-vous ?

Le célibat des prêtres. Mais j’aimerais avoir plus de temps car j’apprécie le rayonnement singulier du pape François.

Vous rencontrez Dieu. Qu’aimeriez-vous qu’il vous dise ?

« Recommence… »

« Prier » rime avec…

Réfléchir à l’essentiel, au sens de la vie. Mais je ne prie sans doute pas assez.

La dernière fois que vous avez ri ?

Lors de l’enregistrement de l’émission de radio Les grosses têtes, à laquelle je participe.

La dernière fois que vous avez pleuré ?

En ressentant la détresse, la solitude, le désespoir sur le visage d’un inconnu que j’ai croisé.

Ce qui vous met en colère ?

La mauvaise foi de certains hommes politiques et journalistes.

Ce qui vous fait peur ?

Le fanatisme mais aussi, à un moindre niveau, les tweets (courts messages sur les réseaux sociaux, NDLR) qui appauvrissent la pensée et empêchent tout débat d’idées.

Votre remède contre la déprime ?

Respirer. Cela permet de vaincre le stress.


Tendre la main à l’autre, au sens propre comme au sens figuré.

Un geste d’amour ?

Tendre la main à l’autre, au sens propre comme au sens figuré.

Quelle faute pardonnez-vous aisément ?

L’entêtement. Cela peut être une qualité, notamment dans le métier de journaliste.

Si vous deviez exercer un autre métier, ce serait ?

Archéologue. J’ai un goût immodéré pour les vieilles pierres.

Votre devise ?

Celle des Pays-Bas : « Je maintiendrai. »

Votre mot préféré ?

Oui.

Le mot que vous détestez ?

Non.

Pour vous, Jésus, c’est…

Un personnage magnifique qui imprègne notre culture.

Votre personnage préféré de la Bible ?

Le prophète Jérémie.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières