Donner son sang

agrandir Étudiant qui donne son sang lors d'une collecte dans un lycée à Toulon, en 2016.
Étudiant qui donne son sang lors d'une collecte dans un lycée à Toulon, en 2016. © Jose.gil
Étudiant qui donne son sang lors d'une collecte dans un lycée à Toulon, en 2016.
Étudiant qui donne son sang lors d'une collecte dans un lycée à Toulon, en 2016. © Jose.gil

Comme chaque année, la Journée mondiale des donneurs de sang a lieu le 14 juin. À cette occasion, plus de 1 000 collectes ont lieu partout France.

À propos de l'article

  • Créé le 13/06/2018
  • Publié par :Sabine Harreau
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    14 juin 2018

La Journée mondiale du don du sang a été lancée en 2004 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). C'est une façon de sensibiliser le public à l’importance de donner son sang et de recruter de nouveaux donneurs. Une nécessité à l’approche des vacances durant lesquelles les donneurs sont moins présents. L'année dernière, plus de 6 600 nouveaux donneurs avaient été recrutés.

10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour soigner les patients. Ces dons de sang doivent être réguliers et constants car la durée de vie des produits sanguins est limitée (5 jours pour les plaquettes, 42 jours pour les globules rouges), rappelle l’Établissement français du sang (EFS).


Les 4 valeurs du don de sang

♦ L’anonymat (seul l’EFS connaît l’identité du donneur et du receveur, ainsi que les données les concernant).

♦ Le volontariat (le don de sang est un acte librement accompli, sans aucune contrainte).

♦ Le non-profit (le sang et les produits sanguins ne peuvent être source de profit).

♦ Le bénévolat (le don de sang est bénévole et ne peut être rémunéré sous quelque forme que ce soit).


En France, le sang est donné gratuitement
“En France, les donneurs de sang ne sont pas rémunérés car le corps humain n’est pas une marchandise. La législation actuelle interdit, depuis de nombreuses années, de faire commerce de son corps”, souligne François Toujas, président de l’Établissement français du sang

Dans le même esprit, L’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Conseil de l'Europe et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FISCRCR) recommandent que tous les dons de sang soient volontaires et non rémunérés et qu’aucune contrainte ne soit exercée sur le donneur pour qu’il donne. 

Aujourd’hui, de nombreux pays, dont l’Allemagne, les États-Unis, la Suisse, l’Autriche, la Russie, la Chine autorisent la rémunération. Au Royaume-Uni, les donneurs réguliers reçoivent une médaille.


Le bénévolat : une garantie de sécurité, selon l'Établissement français du sang (EFS).

♦ La plupart des études épidémiologiques vont dans le même sens : quel que soit le pays, le modèle transfusionnel fondé sur le don bénévole est plus sûr que celui fondé sur le don rémunéré.

♦ Pourquoi ? Parce que le donneur bénévole donne volontairement, par générosité et altruisme, sans attendre de rémunération en retour. C’est une démarche choisie qui le rend plus enclin à communiquer au médecin de l’EFS des informations sincères et complètes sur sa santé. Ce qui contribue à garantir sa sécurité et celle du malade qui recevra les produits sanguins.

♦ Au contraire, le donneur rémunéré peut être motivé par l’argent. Pour être « payé », il pourra être tenté de dissimuler son véritable état de santé ; ce qui accroît le risque de transmettre au malade un virus ou une bactérie lors de la transfusion. Il pourra également être tenté de donner trop ou trop souvent, ce qui peut menacer sa propre santé.


Qui peut donner ?
Toute personne âgée de dix-huit à soixante-dix ans, pesant plus de 50 kg et reconnue apte après l’entretien pré-don, peut donner son sang. Après soixante ans, le premier don est soumis à l’appréciation d’un médecin de l’Établissement français du sang (EFS). Les hommes peuvent donner jusqu’à six fois par an et les femmes jusqu’à quatre fois. Entre deux dons, il faut respecter un délai de huit semaines minimum.

Pourquoi la collecte a lieu, chaque année, le 14 juin ?
La date du 14 juin a été choisie en l’honneur de Karl Landsteiner. Ce médecin et biologiste autrichien, né le 14 juin 1868, a découvert et défini les différents groupes sanguins.

Quelques chiffres (2016)
1 597 460 donneurs, dont 272 031 nouveaux donneurs ;
46 % des personnes transfusées étaient des femmes ;
1 million de malades sont soignés chaque année grâce au don du sang.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 2 août 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières