Des hommes et des vies

agrandir Anne Ponce
Anne Ponce © Eric Garault
Anne Ponce
Anne Ponce © Eric Garault

Chez Laurent Fignon comme chez les moines de Tibhirine, c'est le même message qu'on lit en filigrane : des vies données et fraternelles valent mieux que de longs discours.

À propos de l'article

  • Créé le 05/06/2013
  • Modifié le 05/06/2013 à 12:00
  • Publié par :Anne Ponce
  • Édité par :Gilles Donada

Beaucoup d'entre nous ont passé un moment de leur été à suivre le Tour de France avec la voix de Laurent Fignon. Une voix éraillée par le cancer mais portée par le goût de vivre. Jusqu'au bout, l'ancien champion a parlé de sa maladie, sans exhibition mais sans fard, comme un boxeur analysant son combat.

Ce fut une belle leçon d'humanité, un témoignage qui surpasse tous les appels à porter un autre regard sur les malades du cancer. L'exemple d'une vie, c'est vrai, vaut souvent mieux qu'un long discours.

C'est aussi ce qu'on se dit en sortant de la projection des Hommes et des dieux. Quel choc ! Ce film raconte l'histoire extraordinaire des moines de Tibhirine, ces religieux trappistes installés en Algérie, morts assassinés en 1996.

Ne vous attendez pas à un film militant, à une démonstration volontariste et incantatoire sur l'importance du dialogue entre chrétiens et musulmans ou la fraternité universelle. Non, ce n'est pas ça. C'est beaucoup plus simple et beaucoup plus fort à la fois.

Le réalisateur Xavier Beauvois nous donne à voir la vie de ces moines chrétiens au milieu de leurs frères algériens, leurs hésitations à rester dans le contexte difficile des années 1990, leur foi confiante et sereine. Agit alors la force mystérieuse des grands films : on est touché, comme saisi. Les acteurs eux-mêmes et les équipes du film ont parlé d'« état de grâce ». Le Festival de Cannes en fut lui aussi bouleversé au printemps.

Il faut dire que la vie et le témoignage hors du commun des moines de Tibhirine ont une force fulgurante. Ces quelques hommes, perdus dans la montagne, vivaient modestement aux côtés de la population locale. Mais cette vie humble a donné force à leur message de foi et de fraternité. Leur héritage spirituel rayonne aujourd'hui bien au-delà de l'Atlas.

On se demande parfois si le message chrétien peut encore être audible dans la société actuelle. On disserte pour imaginer comment l'Église pourrait mieux communiquer et on s'interroge pour savoir comment faire goûter aujourd'hui la saveur de l'Évangile. Une partie de la réponse se trouve dans ce film. Oui, décidément : des vies données et fraternelles valent mieux que de longs discours.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 10 janvier 2019

Notre Librairie

Voyages et croisières