Au Sahel, avec les soldats français de l'opération Barkhane

agrandir  Au Sahel, avec les soldats français de l'opération Barkhane
© Fred Marie
 Au Sahel, avec les soldats français de l'opération Barkhane
© Fred Marie

Voilà plus de cinq ans que la France est en guerre dans le Sahel. L'occasion de faire le point avec ce reportage exclusif sur l'opération Barkhane, la principale opération extérieure dans laquelle est engagée l'armée française.

À propos de l'article

  • Créé le 13/09/2018
  • Publié par :Fred Marie (texte et photos)
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    7085 du 13 septembre 2018

Plus de 4 500 hommes et femmes sont actuellement déployés dans la bande sahélo-saharienne et ont pour mission de lutter contre les GAT, les groupes armés terroristes. le pays le plus concerné par Barkhane est le Mali, même si le conflit s'étend à d'autres pays comme le Niger, le Tchad ou le Burkina Faso. si la situation sécuritaire est globalement assez calme dans le pays, de récents événements rappellent que le Mali est bien en guerre. le 1er juillet dernier, un attentat a fait de nombreux morts dans un marché de Gao (nord-est du pays). la force Barkhane était visée mais ce sont les civils qui ont fait les frais de cette attaque. Bilan : quatre civils tués et une vingtaine de personnes blessées, dont quatre soldats français. Depuis le début du conflit, vingt-deux soldats français ont été tués au Mali et les soldats de Barkhane vivent sous la menace quotidienne d'attaques des GAT.

D'un hélico e Le Pelerin - Fred Marie-87_KD

Un soldat français à bord d'une Gazelle escorte un Chinook britannique en provenance de Ménaka, dans l'est du Mali. Cet hélicoptère de transport facilite les opérations françaises sur un terrain difficile d'accès.


Internationalisation croissante

Les dangers proviennent essentiellement des tirs de mortier et de la pose de mines et d'engins explosifs improvisés sur le chemin des convois militaires. le contexte politique malien n'aide pas à l'apaisement des tensions. Les résultats de la dernière élection présidentielle sont contestés par l'opposition et les militaires français ont pour consigne d'être encore plus vigilants à l'occasion des prochaines législatives. Afin de sécuriser le pays, les soldats de Barkhane patrouillent et réalisent régulièrement des actions à la fois militaires et humanitaires dans les villes : don de matériel et de nourriture, construction d'écoles, consultations médicales... l'objectif est de venir en aide à la population et d'occuper le terrain face aux terroristes dissimulés parmi les civils.

Depuis peu, « l'opex » franco-française Barkhane tend à s'internationaliser. Ce sont les Britanniques qui ont répondu présents en premier, avec l'arrivée en juillet dernier d'une centaine de soldats et surtout de trois hélicoptères de transport Ch47 « Chinook ». une aide logistique plus que bienvenue, le transport par hélicoptère étant le moyen le plus rapide et le plus sécurisé pour pallier les attaques terroristes, le terrain hostile et les caprices de la météo. Un détachement estonien est également arrivé cet été à au mali afin d'aider les Français dans la sécurisation de la base de Gao.



Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-144_KD.

Séance d'entraînement au tir à quelques kilomètres de la base de Kidal, dans le nord du pays. C'est aux portes de l'Adrar des Ifoghas, un massif saharien base arrière des groupes terroristes, que les soldats français patrouillent.


Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-63_GAO

L'internationalisation de l'opération Barkhane se traduit notamment par l'arrivée à Gao d'un détachement de soldats estoniens chargés d'assurer la sécurité du dispositif français.


Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-104_KD

Le quotidien des soldats en Opex (opérations extérieures, NDLR) est assez routinier. Lever aux aurores, sport, toilette. Puis les missions se partagent entre sécurisation du camp, patrouille ou départ en opération.


Reportage aumoniers de Gao Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-18

À Gao, des tentes sont aménagées en lieux de culte pour les aumôniers militaires. Ici, le pasteur, soldat mais non combattant, dirige l'office du dimanche face aux fidèles.


Découvrez ce documentaire sur le P. Yann Foutieau, aumônier militaire catholique, en mission pour l’opération Barkhane, réalisé par  www.lejourduseigneur.com


Portrait de l'aumônier militaire, le P. Yann Foutieau, en mission au Mali, pour l’opération Barkhane.



Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-11_NY

Un pilote de Mirage 2000 s'apprête à décoller avec son avion de chasse. Les aviateurs basés à Niamey (Niger) ont pour mission d'appuyer les troupes au sol, notamment par des vols de reconnaissance.


Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-112_KD.

Dans les petites bases avancées, comme ici à Kidal, les soldats s'occupent eux-mêmes du quotidien – ménage, cuisine, lessive. L' ambiance est conviviale et intimiste.


Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-62_GAO

Les soldats de Barkhane sont le plus souvent possible au contact de la population. Leur mission vise également à apporter une assistance médicale et une aide à l'éducation.


Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-66

Fraîchement arrivés d'Estonie, ces soldats ont rapidement dû s'adapter aux conditions climatiques exigeantes du Mali. Ici, la garde se fait par 45 degrés en moyenne.


Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-5_GAO

Le dimanche soir, l'heure est à la détente et à la convivialité lors du barbecue hebdomadaire. Ce soir-là, les soldats britanniques se font remarquer lors d'un karaoké avec une émouvante interprétation de Bohemian Rhapsody, du groupe Queen.


Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-134_KD.

Les patrouilles en ville, comme ici à Kidal, sont l'occasion pour les soldats de Barkhane de prendre le pouls de la population, menacée régulièrement par les groupes armés terroristes.


Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-97_KD

Les légionnaires du 2e REP (régiment étranger de parachutistes) débutent leur footing quotidien à Kidal dès 5 heures. Se lever avant l'aurore est obligatoire car l'ennemi lance en général ses attaques au mortier aux premières heures du jour.


Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-115_KD.

Pour déjouer ces attaques, les Français déploient à quelques centaines de mètres au-dessus du camp un ballon captif muni d'une caméra à très longue portée. Ils sont ainsi en mesure de surveiller les environs.


Reportage Barkhane Le Pelerin - Fred Marie-128_KD.

La guerre, c'est aussi et surtout l'attente. Quand ils ne sont pas en mission ou à l'entraînement, les militaires en opération se divertissent comme ils peuvent. Jeux de cartes, lecture ou encore télévision (quand il y en a une).

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 septembre 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières