Sur les traces de Charles Péguy

agrandir Michel, le petit-fils de Charles Péguy, désigne de son bâton de marche la cathédrale de Chartres.
Michel, le petit-fils de Charles Péguy, désigne de son bâton de marche la cathédrale de Chartres. © Pierre-Yves Le Priol
Michel, le petit-fils de Charles Péguy, désigne de son bâton de marche la cathédrale de Chartres.
Michel, le petit-fils de Charles Péguy, désigne de son bâton de marche la cathédrale de Chartres. © Pierre-Yves Le Priol

Pour le centenaire de la mort du poète qui a lieu en 2014, le chemin Charles-Péguy, de Palaiseau (Essonne) à Chartres (Eure-et-Loir), vient d’être balisé.

À propos de l'article

  • Créé le 24/03/2014
  • Publié par :Gaële de La Brosse
  • Édité par :François Boulard
  • Publié dans Pèlerin
    6852, du 27 mars 2014.

« Si je ne reviens pas, vous irez à Chartres une fois par an pour moi », avait écrit le lieutenant Charles Péguy à ses proches en partant sur le front en 1914.

À deux reprises, il avait effectué en quatre jours l’aller-retour (soit 140 km) vers la cathédrale beauceronne, au départ de Palaiseau (Essonne) où il habitait : en juin 1912, perclus d’« infortunes » personnelles, puis en juillet 1913 pour la guérison de l’un de ses fils malade.

►Carte. Le chemin de Charles-Péguy.

 

« Après sa mort, en 1914, ses amis suivirent le même itinéraire et, en 1935, des étudiants lancèrent un pèlerinage annuel, rappelle Michel Péguy, 74 ans, petit-fils de l’écrivain. Quant à nous, membres de sa famille, nous avons été fidèles au vœu de mon grand-père en nous rendant régulièrement à Chartres. »

En juillet 2013, il a refait le chemin à pied avec trois autres membres de l’Amitié Charles Péguy : Jean-Yves Caradec, Pierre-Yves Le Priol et François Haye. Ce dernier raconte : « À Dourdan, nous nous sommes arrêtés devant la maison “amie, hôtesse et fraternelle” évoquée par le poète dans la Présentation de la Beauce à Notre-Dame de Chartres. »

►Vidéo. Mort du lieutenant Charles Péguy. Source : RTBF.be

 

Et Michel Péguy poursuit :

En arrivant dans la cathédrale, chargé de mon sac d’homme pécheur, je suis tombé à genoux, dans un geste de filiation charnelle. Je me suis alors senti un peu plus digne de mon grand-père et me suis adressé à lui, à la Vierge, à Dieu. 

Ce chemin de 95 km, qui traverse la vallée de Chevreuse, le Hurepoix et la Beauce, est décrit sur le site Visorando. En juin 2014, son inauguration sera l’un des points d’orgue de l’année qui célèbre le centenaire de la mort du poète, tué au front, le 5 septembre 1914, la veille de la bataille de la Marne.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 23 mars 2017

Voyages et croisières