Répéter à l’infini

agrandir Répéter à l’infini la prière du Rosaire.
Répéter à l’infini la prière du Rosaire. © Marc Dupuy / Flickr / CC
Répéter à l’infini la prière du Rosaire.
Répéter à l’infini la prière du Rosaire. © Marc Dupuy / Flickr / CC

Le rosaire est une prière : des hommes, avec leurs mots, s’adressent à Dieu. Mais les mots du rosaire ont la patine du temps.

Depuis vingt siècles, des croyants par milliers les redisent, comme à perte de vue. Parce que le Je vous salue Marie est une prière simple.

On dit parfois que c’est la prière des pauvres, et c’est vrai : dans une humilité sans détour, celui qui prie s’émerveille devant Marie, reprenant les mots de l’ange à l’Annonciation, et d’Élisabeth. Il commence en disant « Je te salue » à la première personne, et il finit en disant « maintenant et à l’heure de notre mort ».

Un « nous » collectif, comme s’il ne cessait de gagner des frères dans cette prière. Il contemple Marie, et dans son regard, accueille la vie de Jésus qui bouleverse notre vie. Voilà pourquoi nous répétons ces mots à l’infini.

Pour que la prière s’installe comme toile de fond de toute l’existence. Depuis le XVe siècle, l’Église a enseigné à prier le chapelet en gardant au cœur les « mystères », les grands moments de la vie de Jésus.

Nous contemplons les mystères joyeux qui touchent à l’enfance de Jésus, puis les mystères lumineux (ajoutés par le pape Jean-Paul II en 2002), les mystères douloureux, liés à la Passion et à la mort de Jésus, et les mystères glorieux, liés à la Résurrection de Jésus et au don de l’Esprit. Marie est au cœur de ces grands moments de l’histoire de la foi, qui est aussi notre histoire.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières