Sur les pas de Bernadette, de Bartrès à Lourdes

agrandir Un chemin pour découvrir le village où vécut sainte Bernadette
Un chemin pour découvrir le village où vécut sainte Bernadette © Camille Amyot d'Inville
Un chemin pour découvrir le village où vécut sainte Bernadette
Un chemin pour découvrir le village où vécut sainte Bernadette © Camille Amyot d'Inville

Le Chemin de Bernadette mène de Bartrès à Lourdes à travers la campagne, au pied de la chaîne des Pyrénées. Une invitation à marcher sur les pas de la sainte, qui effectua de nombreuses fois ce trajet.

À propos de l'article

  • Créé le 15/11/2017
  • Publié par :Gaële de La Brosse
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    7042 du 16 novembre 2017

Blotti au creux des collines, le village de Bartrès (Hautes-Pyrénées) respire le calme. « C’est ce silence que l’on vient y chercher, loin de la foule de Lourdes », m’explique Pierre, un hospitalier.

Comme lui, chaque année, environ 35 000 pèlerins visitent ce lieu avant de descendre à Lourdes par le chemin qui porte le nom de Bernadette – « la saintoune, comme on l’appelle en Occitanie, c’est-à-dire la petite sainte », précise-t-il.

BartresBergerieIMG_2014 copie maigre

Bergerie où Bernadette venait conduire ses moutons. ©G de La Brosse

Bernadette Soubirous passa ici la deuxième année de son enfance : de novembre 1844 au 1er avril 1846, elle y fut confiée à une nourrice, Marie Lagües, car sa mère ne pouvait pas l’allaiter. Puis elle y revint cinq mois en 1857, à l’âge de 13 ans, pour qu’il y ait « une bouche de moins à nourrir » dans sa famille éprouvée par la misère.

À Bartrès, Bernadette passe la deuxième année de son enfance.

Depuis cette époque, Bartrès n’a guère changé. Dans l’église construite à la fin du XIVe siècle, on admire toujours le retable du XVIIIe siècle doré à la feuille d’or, représentant la vie de saint Jean-Baptiste. « Bernadette venait prier devant ce triptyque », m’explique sœur Anne, franciscaine missionnaire de Marie qui accueille les pèlerins dans la maison de leur communauté, La Pastourelle.

bernadette

©archer10 (Dennis)

Puis elle me montre, dans la sacristie, une relique de la sainte, un fragment d’os inséré dans une croix-reliquaire. À la sortie de l’église, je me recueille devant la tombe de Marie Lagües, « mère nourrice » de la petite Bigourdane, comme le précise la plaque. Camille, une habitante de Bartrès qui m’accompagne, m’indique ensuite, en contrebas de l’église, le lavoir (4) où Bernadette faisait sans doute la lessive.

Bernadette apprenait son catéchisme pour réaliser son vœu le plus cher : faire sa première communion.

De l’autre côté de la rue, le propriétaire du restaurant Au bon accueil a aménagé un petit musée reconstituant l’ancien presbytère. On y voit deux mannequins représentant l’abbé Ader, curé de la paroisse, et la petite Bernadette. « Elle apprenait son catéchisme pour réaliser son vœu le plus cher : faire sa première communion, m’explique Camille. Et lorsque l’abbé Ader quitta le village, fin 1857, elle décida de revenir à Lourdes, chez ses parents, pour continuer cet apprentissage. »

En bas de la rue de l’Église, une maison aux volets bleus attire mon regard. « C’est la ferme Burg où habitait Bernadette, m’explique ma guide. Elle appartient aux descendants de Marie Lagües. » Après avoir contourné la fontaine dite « de Bernadette », où la jeune fille venait chercher de l’eau, nous arrivons à un oratoire qui lui est également dédié.


BartresOratoireIMG_9102 maigre

Oratoire qui a remplacé une croix devant laquelle Bernadette priait. ©C Amyot d'Inville

À droite de cet oratoire, un sentier forestier monte sur 200 m jusqu’à la bergerie (9) où elle conduisait ses moutons. Dans cette maison en pierre au toit de chaume, des messages jonchent le sol, devant une statue de la bergère et de ses brebis. Revenues à l’oratoire par le même chemin, nous prenons les rues de la Chapelle puis du Coudet, qui mènent à une grande croix en bois.

À partir de ce point culminant et jusqu’au bout de ce parcours, la vue sur la chaîne des Pyrénées est superbe. En suivant les balises rouges et blanches du sentier de Grande randonnée (GR 101), nous descendons dans la vallée à travers la campagne par la rue du Bédout, le chemin de Saint-Pauly puis celui de Lannedarré. Au bout de trois quarts d’heure de marche, nous pénétrons dans la ville de Lourdes par la rue de Bretagne.

Après trois quarts d'heure de marche nous arrivons à Lourdes.

Après avoir traversé la voie ferrée, nous empruntons sur la gauche les escaliers de la rue du Docteur-Boissarie qui conduisent au pont Saint-Michel. En arrivant à l’esplanade des sanctuaires par la porte Saint-Michel (12), Camille m’explique : « Trois semaines après le retour de Bernadette à Lourdes, le 11 février 1858, Notre-Dame l’attendait à la grotte de Massabielle. Elle lui apparaîtra 17 fois avant le jour de la Fête-Dieu, le 3 juin 1858, où la petite sainte effectuera sa première communion. »

Le 11 février 1858 Notre-Dame attendait Bernadette à la grotte de Massabielle.

Après avoir suivi, tout au long de ce chemin, les pas de Bernadette, nous déposons notre cierge à la grotte. Dans le même geste que celui de la petite bergère lors des premières apparitions…  

Grotte_Massabielle

Grotte de Massabielle : la Vierge apparut dix-huit fois à Bernadette, en 1858. © Emmanuel Brunner 


Mes conseils  

Se procurer la brochure « Sur les pas de Bernadette » dans l’église de Bartrès (3 €). Télécharger le plan du Chemin de Bernadette. Bien se chausser car le chemin est en pente. Prévoir 2 heures (visite de Bartrès + marche de 4 km). Pour se recueillir devant les reliques de Bernadette dans l’église de Bartrès, s’adresser aux franciscaines missionnaires de Marie à La Pastourelle, près de l’église. Visiter le petit musée dans l’ancien presbytère (s’adresser au restaurant Au bon accueil, 5 rue de l’Église).

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 7 décembre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières