Magnifiques photos d'un pèlerinage au Tibet, par Olivier Föllmi

agrandir Au bord du lac Manasarovar, Olivier Föllmi fait des tours de magie à deux jeunes filles nomades.
Au bord du lac Manasarovar, Olivier Föllmi fait des tours de magie à deux jeunes filles nomades. © J.-M. Hullot
Au bord du lac Manasarovar, Olivier Föllmi fait des tours de magie à deux jeunes filles nomades.
Au bord du lac Manasarovar, Olivier Föllmi fait des tours de magie à deux jeunes filles nomades. © J.-M. Hullot

Le photographe Olivier Föllmi vient de publier un superbe livre sur son pèlerinage bouddhiste autour du mont Kailash, la grande montagne sacrée du Tibet.

À propos de l'article

  • Créé le 24/10/2017
  • Publié par :Gaële de La Brosse
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    23 octobre 2017

Kailash01-40643© V. Jacquet-Francillon

© V. Jacquet-Francillon 


Pèlerin. Vous qui êtes familier du Tibet, pourquoi avez-vous attendu si longtemps pour effectuer le pèlerinage du mont Kailash ? 

Olivier Föllmi. J’en rêvais depuis 40 ans mais jusqu’ici, l’occasion ne s’était jamais présentée au bon moment : accès au Tibet interdit aux étrangers pour des raisons politiques, coût du voyage dépassant mon budget, etc. Ce rêve a pu s’incarner, à l’automne 2016, en compagnie de Jean-Marie Hullot, inventeur de l'iPhone, chez Apple, et ardent lecteur des récits autour de ce « chemin des nuages blancs ».

▶  Pour lire l'article en webdoc, cliquez ci-dessous.


Un pèlerinage au Tibet

Ce voyage a-t-il été à la hauteur de votre attente ? 

Il l’a dépassée ! A 20 ans, lorsque j’ai abordé l’univers himalayen, le bouddhisme a répondu aux questions métaphysiques que je me posais. J'ai, depuis, adopté cette philosophie. Ce pèlerinage a donc été un point d’orgue dans mon cheminement.


Kailash07-38018

© Olivier Föllmi

Quelle est l’originalité de ce pèlerinage ? 

Pour les bouddhistes, le mont Kailash (ou mont Meru) est comparable à La Mecque pour les musulmans. Il faut y être allé une fois dans sa vie. Il représente un axe spirituel autour duquel tourne l’univers. Les quatre grandes religions asiatiques -les hindous, les jaïns, les bouddhistes et les bönpos- le considèrent comme sacré. Pour les hindous, c’est la demeure du dieu Shiva, pour les bouddhistes, celle de certains bouddhas.

En raison de cette sacralité, on ne gravit pas cette montagne qui culmine à 6714 m d’altitude. Mais on en effectue la circumambulation ou kora. (du latin circum ambulatio, c'est-à-dire « marche autour »: consiste à tourner autour d'un lieu ou un objet, NDLR). 



Kailash11-38266

© Olivier Föllmi

Comment se déroule le pèlerinage ?

Il peut se réaliser en 20 heures de marche, mais la plupart des pèlerins lui consacrent trois jours. Ils s’arrêtent pour prier aux passages les plus sacrés, matérialisés par des drapeaux de prières ou des pierres gravées du mantra (formule sacrée) Om mani padme hum (« hommage au joyau du lotus »). Certains pèlerins, qui se prosternent de tout leur corps tous les trois pas, mettent un mois pour accomplir ce pèlerinage. 


Pourquoi dites-vous qu'en effectuant vos prosternations à Lhassa, (capitale du Tibet), vous vous êtes senti « homme, splendidement homme, et divin à la fois » ? 

Au milieu des dizaines de pèlerins qui se prosternaient, et dans le murmure de leurs prières, j’ai eu la sensation d’appréhender la beauté de l’homme et sa capacité à se relier au divin. Dans un instant privilégié, j’ai ressenti au plus profond de moi la dimension supérieure qui nous habite et nous transcende.


Vous écrivez que la photo est votre principal support de méditation...   

L’appareil photo est un prisme pour cerner l’essentiel. Méditer, c’est se concentrer sur l’intériorité. Photographier, c’est se concentrer sur l’extériorité tout en s’en imprégnant, ce qui aboutit au même résultat : cadrer une image m’apprend à apprécier l’instant présent et chaque instantané me parle d’éternité.

Je vis la photographie comme une méditation. D’ailleurs, lorsque j’ai pris une photo particulièrement intense, je joins les mains et je me recueille dans le silence. Je peux dire que mon appareil photo a été mon moulin à prières. 


©Olivier Föllmi

Kailash04-40705_modifiee © JMHullot

© Olivier Föllmi

Avant le pèlerinage, vous avez fait vos ablutions rituelles un lac glacé...

J'ai connu un état de transe en m'immergeant dans le lac Manasarovar. Face au mont Kailash, on plonge la tête, on se relève, puis on salue les bouddhas du nord ; et on répète ce rituel vers les autres points cardinaux. L’eau du lac est glacée, à couper le souffle, et ce choc thermique aide à entrer en transe. En regagnant la rive, purifié, j'ai eu l’impression d’être sorti de mon corps. C’est l’état du bardo, le « passage entre deux rives ». 

 

Pourquoi écrivez-vous  : « Faire le tour du Kailash, c’est partir pour mourir, et accepter de renaître différent » ?

Les deux versants de cette montagne sont appelés « versant de la mort » et « versant de la renaissance ». On monte par le premier : l’ascension est laborieuse, la marche lente. L’esprit travaille, revisite le passé. Au col, couvert de drapeaux de prières, c’est le point focal, celui de la purification. La descente par le « versant de la renaissance » mène à l’exaltation. 


Pensez-vous qu'il faut être pratiquant bouddhiste, hindou, etc., pour vivre pleinement ce pèlerinage ? 

Dans un certain sens, oui. Si l’on aborde ce tour du mont Kailash en simple randonneur, on fera juste une belle balade. Mais ce n’est pas la religion qui importe, c’est la disposition d’esprit, le cheminement intérieur. Une énergie si particulière émane de cette montagne que celui qui l’aborde en pèlerin, quelle que soit sa foi, vivra certainement une expérience extraordinaire. 


Kailash10-38234

© Olivier Föllmi

Vous définissez ainsi le pèlerinage : « Il ne s’agit pas d’aller de lieu sacré en lieu sacré pour adorer des idoles ou des reliques. Il s’agit d’un parcours initiatique, au cours duquel des verrous mentaux se débloquent au fur et à mesure de la pérégrination. »

Si l’on s’implique dans cette démarche, on se laisse façonner par la géographie sacrée des lieux. Au fur et à mesure de la progression dans ces vastes vallées balayées par le vent – et parfois, comme nous l’avons expérimenté en passant le col, la neige et la grêle –, on lâche prise. Plus on avance, plus l’état méditatif prend le dessus. Et bien vite, on se laisse transporter par une force qui nous dépasse. 


Projetez-vous de vous rendre dans d’autres lieux sacrés ? 

Étant de culture chrétienne, les chemins de Saint-Jacques de Compostelle m’intéressent. J’y vois des similitudes avec le pèlerinage du mont Kailash. L’automne dernier, j’ai marché du Puy-en-Velay (Haute-Loire) à Figeac (Lot). J’aimerais également retourner à Jérusalem et à Lalibela (Ethiopie), aller à Lourdes ; et aussi à La Mecque, mais ce pèlerinage est fermé aux non-musulmans. Tous les lieux sacrés me touchent, par leur propre rayonnement et par l’énergie qui émane des pèlerins. Ce sont des terres privilégiées où souffle l’Esprit. Et dans ces lieux, cet Esprit descend sur la Terre. 


À lire 

1507-1

Olivier Föllmi et Jean-Marie Hullot, Pèlerinage au Tibet. Autour du mont Kailash, Ed. Hozhoni, 260 p. ; 39,90 €.



Pour aller plus loin 

Site Olivier Föllmi 

Facebook Olivier Föllmi 

Facebook du livre Pèlerinage au Tibet

Vidéo Olivier Föllmi et Jean-Marie Hullot relatent leur aventure

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 23 novembre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières