À bicyclette, vers le Mont-Saint-Michel

Dernière-née des grandes véloroutes françaises, la Véloscénie relie Notre-Dame de Paris au Mont-Saint-Michel. 434 km, des forêts franciliennes au bocage normand, en passant par les vallées de l'Eure et les collines du Perche...

Les chemins de Chartres, Tours et Paris vers le Mont-Saint-Michel

À propos de l'article

  • Modifié le 25/04/2013 à 12:00
  • Publié par :Éric Hahn
  • Édité par :Caroline Chabir
  • Publié dans Pèlerin
    6804, 25 avril 2013

Adieu l'Eure-et-Loir. Après l'étape joliment vallonnée de la veille, qui nous a conduits par de petites routes de campagne de Thiron-Gardais à Condé-sur-Huisne en passant par Nogent-le-Rotrou et son imposant château Saint-Jean, bienvenue dans l'Orne !

Changement aussi de revêtement. Aujourd'hui, c'est une voie verte, chemin champêtre exclusivement dédié à la Véloscénie, qui nous accueille. Plus propice aux familles en raison de son faible dénivelé, elle débute derrière la gare de Condé et déroule ses 65 km en direction d'Alençon, empruntant l'emplacement d'une voie de chemin de fer désaffectée depuis une vingtaine d'années.

Bordée de haies où s'égosillent des oiseaux, elle longe tranquillement l'Huisne, qu'elle enjambe après quelques kilomètres sur un petit pont dont les poutrelles métalliques trahissent, plus sûrement qu'une signature, sa provenance des ateliers Eiffel.

► L'itinéraire de Notre-Dame de Paris au Mont-Saint-Michel

 
Agrandir le plan

Légendes. A : Notre-Dame de Paris / B : Thiron-Gardais / C : Nogent-le-Rotrou / D : Condé-sur-Huisne / E : Réno-Valdieu / F : Couesnon / G : Mont Saint Michel.

La rivière, tour à tour dolente ou ravivée par de modestes rapides frisant de blanc ses eaux vertes, accueille sur ses berges une faune qui se laisse parfois surprendre au passage des cyclistes. Ici des ragondins se jetant précipitamment à l'eau, là des échassiers prenant leur envol. Parfois, une trouée dans les haies dévoile aussi une ferme fortifiée ou l'élégante façade flanquée de tourelles d'un manoir.

À hauteur de celui de la Vove (XVIe siècle), nous quittons la voie verte pour rejoindre la ferme de l'Absoudière. Céline Maudet nous y attend, occupée à atteler deux superbes percherons à une calèche où nous embarquons bientôt. Une pause bienvenue pour reposer nos jambes et nous laisser conter, au fil d'une balade sous les frondaisons de la forêt de Réno-Valdieu, l'histoire de ces robustes chevaux de trait et de la campagne alentour.

Car la Véloscénie ne s'impose pas forcément comme une route à parcourir d'un bout à l'autre dans un esprit sportif. Elle s'offre aussi au travers d'étapes plus modestes, à parcourir dans l'ordre ou le désordre, où chacun peut aller picorer selon ses envies. Pour découvrir des paysages changeants et les trésors qu'ils recèlent : naturalistes, historiques, architecturaux, culturels, gastronomiques aussi.

Cyclistes au long cours ou occasionnels, seul, entre amis ou en famille, chacun y trouvera matière à se détendre, se cultiver ou s'émerveiller. Point d'orgue du périple ? L'ultime tronçon. Pédaler le long du Couesnon et voir émerger peu à peu le Mont-Saint-Michel à l'horizon procure une émotion rare qui récompense de tous les efforts !

■ Renseignements : 
Comité départemental du tourisme (CDT) d’Eure-et-Loir : 02 37 84 01 00. 
CDT de l’Orne : 02 33 28 88 71. 
CDT de La Manche : 02 33 05 98 70.

► La véloscénie, l'itinéraire grand spectacle . Le guide indispensable pour s'élancer sur cette véloroute. Il détaille chaque tronçon, et fournit une liste d'adresses utiles. Éd. Itinérance à vélo, 108 p. ; 18,50 €.

► Pèlerin chez le marchand de journaux le plus proche de chez vous (entrez "Pèlerin" puis votre adresse postale)

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 16 novembre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières