Compostelle répond à une quête intérieure

agrandir Adeline Rucquoi, présidente de l'Association française des amis de Saint-Jacques
Adeline Rucquoi, présidente de l'Association française des amis de Saint-Jacques © DR
Adeline Rucquoi, présidente de l'Association française des amis de Saint-Jacques
Adeline Rucquoi, présidente de l'Association française des amis de Saint-Jacques © DR

L'historienne Adeline Rucquoi, présidente de l'Association française des amis de Saint-Jacques, explique l'originalité du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

À propos de l'article

  • Créé le 22/07/2010
  • Modifié le 23/04/2014 à 12:00
  • Publié par :Samuel Lievin
  • Édité par :Alice Méker
  • Publié dans Pèlerin
    6660, du 22 juillet 2010

Pèlerin. Saint-Jacques-de-Compostelle est l’un des trois grands pèlerinages chrétiens. Qu’est-ce qui fait son originalité ?
Adeline Rucquoi. C'est le chemin qui fait le pèlerinage de Saint-Jacques, non la destination. Alors que les pèlerins se rendent à Rome ou à Jérusalem en bus, en train ou en avion, le pèlerinage de Saint-Jacques doit être parcouru à pied pour 100 km au moins afin d'être reconnu par l'Église. Le pèlerin quitte les siens pour une longue période avec le strict minimum. Autre caractéristique : le pèlerinage de Saint-Jacques est orienté vers l'ouest, vers le couchant, le bout du monde. C'est pourquoi il est vécu, depuis le Moyen Âge, comme le pèlerinage d'une vie. 

Que recherche-t-on en marchant vers Compostelle ? 
La plupart des pèlerins ne savent pas vraiment ce qui les pousse à partir : « Il y a longtemps que je voulais le faire... », expliquent-ils. Ceux qui passent par notre association ne sont que 20 % à avancer des raisons spirituelles. Mais presque tous confient avoir marché « pour se retrouver ». Au Moyen Âge, ils auraient utilisé d'autres mots : « Pour trouver Dieu. » L'essentiel est qu'ils ne reviennent jamais indemnes de cette quête intérieure. Incapables de reprendre pied, certains repartent chaque année. D'autres deviennent hospitaliers bénévoles pour donner à leur tour ce qu'ils ont reçu sur la route. 

L’année jacquaire a-t-elle un impact sur la fréquentation du pèlerinage ? 
Ce qui caractérise l'année jacquaire, le jubilé, c'est l'indulgence plénière*. En dehors d'une minorité de catholiques très renseignés, peu de pèlerins savent vraiment ce dont il s'agit... Franchir la Porte sainte ne constitue bien souvent qu'un attrait de plus parmi l'ensemble des rites qu'accomplissent les pèlerins depuis des siècles. Au fond, c'est le besoin d'enracinement qui prime : se convaincre que l'on met ses pas dans ceux de générations de pèlerins qui nous ont précédés est une manière de répondre - même confusément - à l'appel divin.

* C'est une remise de peine temporelle qu'accorde l'Église durant une année sainte. Pour cela, il est demandé au pèlerin de visiter la cathédrale, de se confesser, de communier et de prier pour les intentions proposées par le pape.

Liens utiles

► Le guide des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle : le détail des itinéraires en France et en Espagne (le patrimoine historique et spirituel de plus de 70 villes étapes est commenté), des conseils pratiques (préparation, équipement, hébergement, budget, etc.), des adresses utiles, etc.

► Le forum Chemin de pèlerinage et randonnée : un forum pour converser avec des pèlerins (anciens ou futurs), obtenir des conseils. On peut également y trouver des compagnons de marche et demander/proposer un parrainage spirituel.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières