Saint-Jacques-de-Compostelle au fil des étoiles

agrandir Scellement d'une coquille à l'entrée de l'abbaye Saint-Pierre-et-Paul à Wissembourg.
Scellement d'une coquille à l'entrée de l'abbaye Saint-Pierre-et-Paul à Wissembourg. © Elisabeth Unold
Scellement d'une coquille à l'entrée de l'abbaye Saint-Pierre-et-Paul à Wissembourg.
Scellement d'une coquille à l'entrée de l'abbaye Saint-Pierre-et-Paul à Wissembourg. © Elisabeth Unold

De part et d’autre de la frontière franco-allemande, des coquilles et des étoiles en pierre balisent au sol le chemin de Saint-Jacques.

À propos de l'article

  • Créé le 28/01/2014
  • Publié par :Gaële de La Brosse
  • Édité par :François Boulard
  • Publié dans Pèlerin
    6844, du 30 janvier 2014.

Une nuit, Charlemagne aurait vu en songe l’apôtre Jacques lui demandant d’aller délivrer son tombeau tombé aux mains des Sarrazins : la Voie lactée, ce chemin des étoiles qui, passant au-dessus de la Frise, conduit en Galice, lui montrerait le chemin.

En 2006, Peter Lupp, un pèlerin allemand responsable culturel du Regionalverband Saarbrücken, s’inspira de ce symbole pour lancer le projet transfrontalier du « Chemin des étoiles  » (Sternenweg) (en allemand).

« Pour signaler les monuments médiévaux et les vestiges jacquaires, nous avons conçu un triple balisage en pierre : des repères ornementaux, des symboles en forme d’étoiles et des coquilles Saint-Jacques. Ces balises sont fabriquées par des jeunes d’un centre de formation professionnelle, qui ont ainsi retrouvé un emploi », explique Évelyne Studer, présidente de l’association des Amis de Saint-Jacques en Alsace.

Les chemins entre Spire, Worms et Mayence, et Sarrebruck et Metz, ont été équipés de 180 coquilles. Et c’est en juillet 2012 que la jonction avec l’Alsace a eu lieu, au cours d’une marche intitulée « Aller l’un vers l’autre », les Français empruntant le chemin allemand du Palatinat et les Allemands le chemin alsacien.

►Carte. Les chemins entre Mayence, Spire, Worms, Sarrebruck et Metz mènent à Saint-Jacques.

 

Des coquilles ont été scellées à Wissembourg (Bas-Rhin) puis près de la cathédrale de Strasbourg, où un panneau indique que Compostelle se trouve à 2 340 km.

Notre adhésion à ce projet rappelant les racines spirituelles de l’Europe.

En novembre 2013, une troisième coquille a été apposée au sommet du mont Sainte-Odile, haut lieu de pèlerinage alsacien. « Notre adhésion à ce projet rappelant les racines spirituelles de l’Europe, commente Évelyne Studer, est notre contribution au 50e anniversaire du traité de l’Élysée (NDLR : le 22 janvier 2013), qui a consacré la réconciliation franco-allemande. »

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières