Compostelle : comment conserver l'élan du chemin

agrandir Compostelle : comment conserver l'élan du chemin
© Maarten Hoek / Fotolia
Compostelle : comment conserver l'élan du chemin
© Maarten Hoek / Fotolia

Chaque année, l’association Compostelle 2000 organise un week-end sur « Le chemin après le Chemin », pour prolonger le cheminement au retour du pèlerinage. Prochain rendez-vous les 19 et 20 novembre, au prieuré bénédictin Saint-Benoît à Etiolles (Essonne). Il reste des places !

À propos de l'article

  • Publié par :Gaële de La Brosse
  • Édité par :Cécile Picco

« Vous avez marché sur le Chemin, dans sa totalité ou sur une grande partie ? Alors, venez nous rejoindre pour en parler, faire part de votre expérience, et réfléchir à ce que vous allez faire de cette Aventure ! »

We03

C’est ainsi que l’association Compostelle 2000 invite les pèlerins ayant effectué le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle à un week-end convivial, les 19 et 20 novembre, dans le cadre exceptionnel du prieuré Saint-Benoît d’Etiolles. Les inscriptions sont ouvertes !

Un projet qui marche… et qui dure !

« Peu de temps après la création de Compostelle 2000, explique Chantal Cointepas, membre de cette association, les fondateurs ont éprouvé le besoin de proposer aux pèlerins un moment de partage autour de leur pèlerinage. Pour éviter ce que l’on appelle le “blues du retour”, il importe, en effet, d’incarner les valeurs du Chemin (hospitalité, dépassement, ouverture aux autres, etc.) dans notre vie quotidienne. »

Ces week-ends se sont d’abord déroulés au prieuré Notre-Dame de Cana à Troussures (Oise), puis à Notre-Dame de l’Ouÿe à Dourdan (Essonne), à l’abbaye bénédictine Saint-Louis-du-Temple à Vauhallan (Essonne). Depuis 2010, c’est le prieuré Saint-Benoît d’Etiolles qui accueille chaque année, au mois de novembre, un petit groupe d’une vingtaine de pèlerins désireux de mettre en commun les innombrables richesses que le chemin leur a apportées.

« Revenir est un cap à passer !, explique Bénédicte Delor. Echanger, relire, écouter les autres, ancrer l’expérience, visualiser comment cette ouverture peut continuer dans notre vie de tous les jours était ce que je cherchais à partager ; et je l’ai trouvé durant le week-end auquel j’ai participé. »

Patrick Isabel, qui a assisté à ce week-end en novembre 2015, juste après l’attentat du Bataclan, poursuit : « Alors que d'aucuns critiquent la masse de pèlerins désormais présents sur ce chemin, il faut au contraire en retenir cette formidable opportunité de rencontre, d'échange et de fraternité. Il reste du chemin une certaine manière d'être en relation avec les autres ; une sociabilité renforcée! Ce week-end permet de retrouver cette ambiance, cette atmosphère. La réflexion en plus ! »

Le programme

« Comme les autres années, ce week-end commencera par une randonnée en forêt de Sénart, le samedi matin. C’est un moment important, pour se remettre en route, retrouver les sensations de la marche. On y ménage aussi un temps de silence », explique Chantal Cointepas.

L’après-midi, le partage d’expérience commence, à travers des ateliers et un échange avec un écrivain marcheur. « Après Bernard Ollivier, Bernard de Marsangy, André Weill, Alexandre Poussin, Léo Gantelet, Gaële de La Brosse, Djamel Balhi, Olivier Lemire, Josuah Rey et Claire Colette, nous aurons le plaisir d’accueillir cette année Antoine Bertrandy, auteur du livre Vers Compostelle, Drôles de rencontres (éditions Transboréal) », précise Bénédicte Delor, qui pilotera cette année l’organisation.

Le dimanche, un deuxième intervenant invite les participants à réfléchir sur l’aspect spirituel du pèlerinage. Là aussi, de précieux guides sont intervenus les années précédentes, tels le père Benoît Billot, le père Michel Meunier, le père Georges Berson et le père Pascal Genin. Cette fois, c’est un laïc, André Levassor qui, effectuant des études de théologie au Centre Sèvres, mènera ce temps de réflexion et de méditation.

Le dimanche matin, une messe est aussi proposée à ceux qui le souhaitent. Puis les échanges se poursuivent. Que puis-je faire de cette expérience dans ma vie d’aujourd’hui et de demain ? Ai-je envie de rendre ce que j’ai reçu sur le chemin ? De m’engager ? Vais-je être hospitalier ? Comment cette expérience éclaire-t-elle une autre façon d’être avec les autres ? Telles sont les questions que chacun se posera. Avant de reprendre la route… du quotidien !

Rens. et inscriptions :

Compostelle 2000 – Tél. : 01 43 20 71 66 - www.compostelle2000.org

Participation aux frais (nuitée et repas) : 85 euros (adhérents) / 95 euros (non adhérents)

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières