Orléans (45000, Loiret, Centre)

agrandir La cathérale d'Orléans.
La cathérale d'Orléans. © DR
La cathérale d'Orléans.
La cathérale d'Orléans. © DR

45000 - Centre. Dès le départ, le pèlerin se trouve devant un dilemme : céder à l’'appel de la cathédrale de Chartres ou passer par Orléans puis suivre les méandres de la Loire jusqu’'à la cité martinienne.

À propos de l'article

  • Publié par :Gaële de La Brosse
  • Édité par :Gaële de La Brosse

"Nous engagerons ceux qui vont à Saint-Jacques par la route de Tours à aller voir à Orléans le bois de la Croix et le calice de saint Euverte, évêque et confesseur, dans l’'église Sainte-Croix", signale le Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle du XIIe s.

Si l’'on suit ce conseil, on ne manquera pas de visiter cet édifice élevé depuis au rang de cathédrale, qui possède de très anciens vestiges : les fondements de la basilique primitive du IVe siècle sont visibles dans la crypte. Quant aux reliques indiquées par notre guide, la première est précieusement conservée mais la seconde a disparu.

Dans le cadre des visites guidées estivales, on peut aussi voir la crypte Saint-Aignan, sous la nef de l’'église placée sous le même vocable. Construite par Robert le Pieux pour accueillir les reliques de saint Aignan, cette crypte fut consacrée en 1029 ; très bien conservée, elle est l’'une des plus belles illustrations de l’architecture religieuse du début du XIe siècle.

Avant de poursuivre sa route, le pèlerin pourra effectuer deux autres visites : le jardin de l'’hôtel Groslot, où subsistent les vestiges de la chapelle Saint-Jacques, qui fut le siège d’'une confrérie jacquaire à partir du XIVe siècle, et la maison de la Coquille, l’'un des exemples remarquables de l’'architecture Renaissance.


La mairie : www.orleans.fr
L'’office de tourisme : www.tourisme-orleans.com


Saint Euverte (IVe s.)
On connaît peu de choses de la vie de saint Euverte. On sait seulement qu'’il fut sous-diacre de l’'église de Rome, et qu'’il vint en Gaule pour être évêque d’'Orléans, dont il sera le saint patron. On le retrouve au concile de Valence, en 374.

Attentif à la vie spirituelle de ses fidèles, il aurait commis de nombreux prodiges. Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle relate celui-ci : «Un jour que saint Euverte disait la messe, la main de Dieu apparut au-dessus de l’'autel, en l’air, sous une apparence humaine, aux yeux des assistants, et tout ce que le pontife faisait à l’'autel, la main divine le faisait également ; quand il traçait sur le pain et le calice le signe de la croix, la main le traçait de même ; quand il élevait le pain et le calice, la main divine élevait également un vrai pain et un calice. Le saint sacrifice terminé, la très sainte main du Sauveur disparut »

La translation officielle de ses reliques de l’'église Saint-Euverte à la cathédrale d’'Orléans eut lieu le 13 septembre 2003.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 14 juin 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières