Laurence Vanhee, ex-directrice en ressources humaines : « Les salariés heureux sont plus productifs »

agrandir Laurence Vanhee, ancienne directrice des ressources humaines de la Sécurité sociale belge.
Laurence Vanhee, ancienne directrice des ressources humaines de la Sécurité sociale belge. © Frédéric Benaglia
Laurence Vanhee, ancienne directrice des ressources humaines de la Sécurité sociale belge.
Laurence Vanhee, ancienne directrice des ressources humaines de la Sécurité sociale belge. © Frédéric Benaglia

En 2009, le ministère de la Sécurité sociale belge est en pleine déliquescence lorsque Laurence Vanhee débarque aux manettes du service des ressources humaines. Cette administration pâtissant d’une mauvaise image, les candidatures s’y font de plus en plus rares, tandis que le rythme des départs en retraite s’accélère.

Résultat : 40 % des effectifs risquent de disparaître dans les six ans. Pour conjurer ce funeste destin, la nouvelle recrue, âgée de 42 ans, ne voit qu’une seule issue : remettre l’homme au cœur de la politique managériale.

« Quelques mois plus tôt, alors que j’officiais depuis quatre ans dans une multinationale investie dans la haute technologie médicale, j’ai été victime d’épuisement professionnel, raconte-t-elle. Au point de ne plus arriver à mettre un pied par terre. »

Je me suis toujours refusée à considérer les employés comme de simples fractions de “capital” à rentabiliser le plus possible

Forte de cette douloureuse expérience, elle fait alors du bien-être des salariés son nouveau credo. Sur ses cartes de visite, elle remplace son titre de directrice des ressources humaines par celui de directrice du bonheur.

Simple artifice ? « Pas du tout, se défend-elle. J’ai beau avoir suivi une formation d’ingénieur commercial, je me suis toujours refusée à considérer les employés comme de simples fractions de “capital” à rentabiliser le plus possible. »

Animée par une vision plus humaine du travail, Laurence Vanhee mise sur la liberté et la responsabilité des salariés. « Nous avons laissé le choix aux 1 200 fonctionnaires du ministère de pointer ou non, et nous leur avons en plus permis de travailler à domicile trois jours par semaine. »

Les bureaux attitrés ont également été supprimés au profit d’espaces de coopération où chacun s’installe où il veut. Les performances de l’organisation n’en ont pas pâti pour autant.

Au contraire. « À partir du moment où les salariés sont heureux au travail, ils sont moins malades et beaucoup plus productifs », constate-t-elle.

Les chiffres sont là : en quatre ans, le taux d’absentéisme au ministère a diminué de 20 %, les départs volontaires ont été réduits de trois quarts et le nombre de candidatures spontanées a quintuplé. Des résultats qui ont valu à la dynamique quadragénaire un titre de « DRH de l’année 2012 » en Belgique.

Vos commentaires

1 Commentaire Réagir

Hommage à mes collègues

Happy_Laurence 24/11/2013 à 18:19

Tout d'abord, merci Elodie pour cet article ! Je souhaite juste apporter une petite correction afin d'honorer le travail de mes collègues. En 2009, lorsque j'ai rejoins le SPF Sécurité Sociale, le trajet de transformation était bel et bien entamé. ... lire la suite

Numéro paru le 24 juillet 2014

Je m'abonne

Voyages et croisières