Généalogie : tout le monde cherche ses racines

agrandir Généalogie : tout le monde cherche ses racines.
Généalogie : tout le monde cherche ses racines. © Olivier Latyk
Généalogie : tout le monde cherche ses racines.
Généalogie : tout le monde cherche ses racines. © Olivier Latyk

La mondialisation, l'éparpillement des familles, le besoin de racines... tout concourt à faire de la généalogie une quête très contemporaine. Retour sur un loisir très tendance.

Apprendre à connaître ses ancêtres, transmettre aux jeunes l'histoire familiale, retrouver des cousins éloignés : quelles que soient les motivations, nous sommes de plus en plus nombreux à embarquer pour ce voyage dans le temps. Les chiffres en témoignent. « 4 à 5 millions de Français ont une idée de leur généalogie et 300 000 à 400 000 la pratiquent régulièrement », estime Michel Sementery, président de la Fédération française de généalogie.

Des données corroborées par les résultats de l'enquête Ipsos* réalisée pour le site www.genealogie.com qui révèlent que 61 % de nos compatriotes ont déjà entrepris des recherches sur leur famille ou leur nom. L'étude met aussi en lumière une tendance récente : 65 % des moins de 35 ans - soit près de 2 sur 3 - déclarent s'y intéresser.

Les retraités ne sont donc plus les seuls à scruter le passé, les nouvelles générations aussi remontent aux sources. L'explication de ce rajeunissement ? L'essor d'Internet, qui a rendu la généalogie plus attrayante et ludique. Même la gente féminine se passionne désormais pour cette pratique jusqu'alors prisée des hommes. Elle représenterait presque 50 % des généalogistes amateurs.

 * Sondage Ipsos « Les Français et la généalogie » réalisé en mars 2010 sur la base de 1 033 individus de 16 à 64 ans (échantillon représentatif de la population française).

Cet engouement pour une activité qui nous renvoie vers notre passé est révélateur des aspirations actuelles. À l'heure où la mondialisation suscite bien des questionnements, la généalogie permet d'éclairer notre histoire personnelle à travers celle de nos ascendants et de nous replacer dans une histoire collective réconfortante.

« L'urbanisation a depuis plusieurs décennies dispersé les familles, explique Michel Sementery. Entre 1970 et 1990, les Français ont pris de la distance avec leurs origines paysannes. Aujourd'hui, leurs descendants ressentent le besoin de renouer avec leurs racines perdues. Autre phénomène croissant, celui des familles recomposées dont les membres ont besoin de redéfinir leur filiation.

J'entends souvent des enfants me dire fièrement : “Moi, j'ai six grands-parents !” Mais ce n'est pas aussi simple. À travers la généalogie, je crois que l'on cherche autant à se recréer un socle familial qu'à retrouver sa place dans une chaîne rassurante. Entre ascendant et descendant, on existe ! »

1. Avant tout, faites preuve de patience et prenez conseil auprès d’autres généalogistes amateurs par Internet ou en vous adressant aux associations.

2. Questionnez vos proches, toutes les informations sont bonnes à prendre.

3. Fouillez dans les greniers de la famille et collectez les documents anciens : lettres, photos, carnets militaires…

4. Consultez les archives départementales des états civils sur Internet et sur place, notamment pour les actes notariés, les registres paroissiaux et les archives municipales.

5. Faites une fiche par ancêtre, la plus complète possible.

6. On représente un tableau généalogique de manière horizontale, verticale ou circulaire. L’arbre peut être ascendant ou descendant, ne concerner que les hommes ou les femmes, ou être complet. Vous trouverez des logiciels dans les magasins et sites spécialisés.

Associations, librairies, revues, sites Internet... la recherche de ses ancêtres bénéficie de multiples outils aujourd'hui. Tour d'horizon.

Fédération française de généalogie
 tour Essor, 14 rue Scandicci, 93508 Pantin. Tél. : 01 57 42 90 82 ; www.genefede.fr

Librairie généalogique La Voûte
 24 rue de la Voûte, 75012 Paris. Tél. : 0143078163 ; www.lavoute.org

Archives et culture
 26 bis rue Paul- Barruel, 75015 Paris. Tél. : 0148 285929 ; www.archivesetculture.fr

La revue française de généalogie
le bimestriel des spécialistes ; 4,50 € l'exemplaire. Tél. : 0153384646 ; www.rfgenealogie.com

Généalogie d'aujourd'hui
 de P.-V. Archassal. Éd. Hachette ; 19,90 €.

Sites Internet, outre ceux des archives départementales

→ www.geneanet.org 

Originalité de ce site : dès la home page, vous pouvez effectuer des recherches par individu, par prénom ou par couple. Geneanet s'enorgueillit d'avoir plus de 371 000 000 personnes présentes sur ses arbres généalogiques. Un bon argument de vente ou un véritable atout ?

→ www.francegenweb.org 

Un portail consacré à la généalogie fait par et pour des généalogistes amateurs. Le site joue à fond la carte de l'interactivité. Son plus : la mise en ligne d'outils pour les généalogistes amateurs.

→ www.guide-genealogie.com

Des services gratuits en ligne pour construire votre arbre généalogique. Idéal pour tout généalogiste en herbe qui trouvera aussi son bonheur dans les rubriques « méthodologie » et « sources ». À vous de jouer !

→ www.bigenet.fr

Cette base informatique sur Internet a pour ambition la mise à disposition de l'état civil en France. Une source incontournable pour amateurs déjà bien avertis.

→ www.geneafrance.org

Ici, les férus de généalogie sur le Web s'appellent des « généanautes ». Ils se donnent rendez-vous sur ce site pour accéder à des fiches pratiques pour les accompagner dans leurs recherches, même les plus poussées.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Numéro paru le 17 avril 2014

Je m'abonne

Voyages et croisières