"Questions à mon père", rencontre entre un fils et son père biologique

Questions à mon père relate la rencontre d'Éric Fottorino avec son père biologique en fin de vie, un gynécologue juif marocain. Après ces retrouvailles émouvantes, s'ensuit un questionnement sur ses origines et une démarche de pardon.

Archives

À propos de l'article

  • Publié par :Isabelle Marchand
  • Édité par :Isabelle Marchand

Prix Pèlerin du Témoignage 2010 - 5ème position (ex-aequo) : Questions à mon père d'Éric Fottorino, Éditions Gallimard, 202 p. ; 16,90 €.

■ L'avis de Pèlerin

Éric Fottorino, directeur du Monde, avait deux pères : Michel qui l’adopta lorsqu’il avait 10 ans et qui lui donna son nom. Et son père biologique, le Dr Maman, devenu médecin accoucheur. Deux fois fils de… : ce n’est vraiment pas simple pour se construire une vie.

Dans un bouleversant récit, L’homme qui m’aimait tout bas, publié l’an dernier, l’homme de presse avait écrit un hymne à son père nourricier. Tout aussi bouleversant, Questions à mon père s’attache cette fois au lien particulier qui unit un fils à son père naturel. 

Fottorino retrouva le sien aux alentours de 20 ans, avant d’entretenir avec lui une relation en pointillés. Sincère, magnifiquement écrit, le livre évoque cette ambiguïté que vivent les enfants adoptés au plus profond de leur être. Un précieux témoignage qui ne laissera aucun père indifférent.

■ L'avis des lecteurs

■ Roselyne Beal, 64 ans, Tassin-la-Demi-Lune - Rhône (69) – Jury 2009
La quête du fils qui retrouve son père biologique en fin de vie, et qui lui pose des questions pour comprendre ses origines, m’a fait découvrir que la mort amène à la vie. L’auteur écrit à la fin du livre : "Je suis ton fils du bout de la route".

C’est un livre sur la parole libératrice, sur la communication entre un enfant et son père mais qui est encore plus riche que s’ils s’étaient toujours côtoyés.Comprendre qui on est, parait, à travers ce récit, indispensable à chacun d’entre nous, dans un amour filial, même si parfois il est précaire, mais qui se revitalise au cours du temps. L’auteur n’écrit-il pas : "J’ai ramassé ce passé pour t’offrir à temps un présent".
 
■ Monique Guillaume, 57 ans, documentaliste en lycée, Château-Thierry - Aisne (02)
Ce livre est le cri du cœur d’un fils qui « rencontre » enfin son père biologique vers la cinquantaine. Ce livre poignant du début à la fin peut trouver un écho en chaque lecteur quel que soit son âge ou son univers culturel.

C’est un beau témoignage de reconstruction, où le temps perdu du rejet et de l’ingratitude est reconstruit patiemment dans l’écoute. Ce livre est sans doute le plus beau cadeau offert à son père avant son départ.
 
■ Pierre Stanzione, 72 ans, retraité transports urbains, Portet-sur-Garonne - Haute-Garonne (31)
Beau livre sur le cheminement autant spirituel que psychologique d’un fils qui va découvrir dans son père naturel, d’abord rejeté, un homme de qualité.

Cette démarche de recherche en paternité et des origines, peu habituelle, amène le fils à avoir envers son père des sentiments qui partent d’une adversité pas loin de la haine pour aboutir en un profond respect proche de l’amour.

Pour un catholique sans conviction, cet ensemble de questions/réponses lui permet de découvrir la judaïté avec ses préceptes et coutumes trop inconnus. L’écriture d’Eric Fottorino est très agréable et permet une lecture aisée que l’on peut recommander à tout un chacun.
 
■ Martine Davodeau, 56 ans, retraitée de l’enseignement, Morlaix - Finistère (29)
Livre tout en sensibilité, l'émotion est à chaque page. C'est aussi un livre sur le pardon, qui nous donne une belle leçon de vie, nous rappelant que rien n'est définitif et que seul l'Amour compte mais parfois il faut laisser le temps au temps ! Merci Monsieur Fottorino pour ce beau témoignage.
 
■ Thérèse Guaquière, 64 ans, retraitée professeur de maths, Cavagnac - Lot (46)
J'ai été très émue par le début du livre, où il raconte sa jeunesse avec beaucoup d'émotions. Un peu déçue par la fin lorsque les ancêtres viennent occuper le terrain... Le récit devient plus narratif et moins « viscéral ». Très bien écrit... style imagé et poétique. Très agréable à lire.
 
■ Anne-Marie Cabanes, 64 ans, Officier à l’Armée du Salut
Il me semble que dans le monde dans lequel on vit, le cheminement de l'auteur raconte avec vérité le dilemme qui était le sien entre son père biologique et son père "de cœur".
Bon nombre de jeunes et de moins jeunes peuvent s'y reconnaître et trouver dans ces lignes une aide très riche.
 
■ Maryvonne Gilliot, 58 ans, éducatrice spécialisée, Dompierre-Becquincourt - Somme (80)
Questionnement intéressant d’un fils à son père avec beaucoup de rendez-vous manqués et une certaine lenteur qui semble quelque part nécessaire pour faire tomber les écailles de ses yeux afin de permettre une réelle rencontre.

Logo Prix Pèlerin Témoignage

■ Les livres sélectionnés pour le Prix Pèlerin du Témoignage 2010

L'enfant cheval de Rupert Isaacson raconte la quête de parents pour sortir leur enfant du monde de l'autisme. Bel hommage d'un père à son fils autiste.
En avant route d'Alix de Saint-André retrace le périple et les nombreuses rencontres de la journaliste sur la route de Compostelle. Humour et profondeur sur le Chemin de Compostelle.
Petite fleur de Mandchourie de Xu Ge Fei dresse le portrait d'une jeune chinoise volontaire qui s'installe en France pour échapper à la misère de son pays. L'incroyable destinée chinoise.
Le garçon qui dompta le vent de William Kamkwamba montre la volonté de l'auteur qui a créé une éolienne dans son pays le Malawi. Un jeune africain courageux et ingénieux.
Folie, aller simple de Gisèle Pineau décrit le quotidien de cette infirmière qui travaille dans le milieu psychiatrique. Découverte du monde de la psychiatrie.
Dans ma peau de Guillaume de Fonclare livre le combat de l'auteur, atteint d'une maladie orpheline, le condamnant à la mort. Une belle description de la condition de l'homme à travers les souffrances.
Au pays des Vermeilles de Noëlle Châtelet, l'auteur raconte son nouveau statut de grand-mère après la naissance de sa petite-fille. Monologue poétique d'une jeune grand-mère.
Une année avec mon père de Geneviève Brisac montre le courage de l'auteur qui accompagne son père, blessé lors d'un accident de voiture. Une profonde réflexion sur la mort de l'un de nos parents.
J'ai voulu porter l'étoile jaune de Françoise Siefridt décrit dans un journal les trois mois d'emprisonnement de cette jeune étudiante qui a osé porter l'étoile jaune en juin 1942. Témoignage inédit d'une femme résistante.
Bonjour, Anne de Pierrette Fleutiaux décrit la grande amitié entre l'auteur et Anne Philippe, épouse de l'acteur Gérard Philippe. Portrait croisé de deux amies.

■ Si vous souhaitez faire partie du jury 2011, envoyez vos coordonnées complètes (prénom, nom, adresse, âge, profession) à la responsable du service lecteurs, Françoise Toutlemonde : françoise.toutlemonde@bayard-presse.com

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Numéro paru le 17 avril 2014

Je m'abonne

Voyages et croisières