Vivez la Nuit des églises !

agrandir L’installation du plasticien Armel Néouze, lors de la Nuit des églises 2014, à la collégiale Notre-Dame-du-Fort d’Etampes (Essonne).
L’installation du plasticien Armel Néouze, lors de la Nuit des églises 2014, à la collégiale Notre-Dame-du-Fort d’Etampes (Essonne). © P. Razzo / Ciric
L’installation du plasticien Armel Néouze, lors de la Nuit des églises 2014, à la collégiale Notre-Dame-du-Fort d’Etampes (Essonne).
L’installation du plasticien Armel Néouze, lors de la Nuit des églises 2014, à la collégiale Notre-Dame-du-Fort d’Etampes (Essonne). © P. Razzo / Ciric

Près de 400 paroisses ont déjà annoncé leur participation à la cinquième Nuit des églises, le 4 juillet 2015. Ce rendez-vous national du début de l’été attire un public qui franchit rarement le seuil des lieux de culte.

De la côte d’Opale au Var, du Pays basque à l’Alsace, quantité d’églises se sont déjà inscrites pour cette Nuit pas comme les autres.

Inaugurée il y a cinq ans, la manifestation n’a cessé de prendre de l’importance. De 99, la première année, le nombre d’églises qui y participent est passé à près de 600 en 2014.

Dix jours avant la Nuit 2015, 400 églises avaient dévoilé leur programmation. D’autres devaient s’ajouter à la liste.

« La Nuit des églises est une invitation à entrer dans ces monuments qui font partie du patrimoine d’une ville ou d’un village et qui, en même temps, restent souvent étrangers parce que la porte est close ou parce qu’on n’ose pas en franchir le seuil, souligne Mgr Bernard-Nicolas Aubertin, archevêque de Tours et référent au département art sacré à la Conférence des évêques de France, organisateur de l’événement. Cependant, il ne faut pas que l’anecdotique cache l’essentiel. Il est important que l’espace sacré, c’est-à-dire l’ensemble de l’église, et non pas seulement le chœur ou l’autel, garde son sens profond. »

Le message semble être bien passé, si l’on en croit les programmes des différents édifices.

Ainsi, l’église Saint-Étienne de Rupt-sur-Moselle, dans les Vosges, offrira, le 4 juillet au soir, un parcours de découverte de son mobilier, à commencer par la statuaire, sur fond de flûte et d’orgue.

À Saint-Pierre de Cuinchy, dans le Pas-de-Calais, l’équipe paroissiale organise la soirée autour des « pèlerinages de Lourdes », auxquels elle participe chaque année, avec le diocèse d’Arras. Elle en profitera pour présenter le patrimoine (mobilier, anciennes chasubles…) que possède encore l’église.

Tandis que Saint-Pierre de Marennes (Charente-Maritime) propose d’abord une « montée au clocher », pour jouir de la vue sur le bassin ostréicole, suivie, à partir de 20 h 30, d’un récital d’Élisabeth Boglio-Charon, qui a mis en musique et chante les plus beaux poèmes de Thérèse de Lisieux.

D’autres églises se contenteront de rester ouvertes jusqu’à minuit, pour un moment de découverte et de méditation nocturne. Une très belle façon de démarrer l’été !


Le saviez-vous ?
Le site www.narthex.fr donne le programme complet, avec une carte de France des églises participantes. Il propose également des conseils aux paroisses qui voudraient organiser leur Nuit.


Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 avril 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières